Difficile de s'y retrouver dans la grande saga juridique de Microsoft. Cet épais dossier ne cesse de rebondir et le combat que livre le géant du logiciel contre la justice américaine se complique au fur et à mesure que les nouvelles plaintes s'accumulent.

Jeudi, on apprenait par exemple que la livraison de Windows 98 aux fabricants d'ordinateurs commencera lundi, en retard de trois jours, en raison du round de négociations à achever avec le Département de la Justice (lire Le Temps du 15 mai). Pour le grand public, la sortie mondiale du nouveau système d'exploitation de Microsoft reste cependant planifiée pour le 25 juin.

Parallèlement à l'action menée au niveau fédéral, une vingtaine d'Etats américains s'apprêtent à intenter leur action en justice contre Microsoft. De puissants groupes de pression ont été constitués dans les deux camps. Le cas est si complexe et les plaintes si nombreuses que certains juristes prédisent que l'ensemble de la procédure pourrait durer plus de dix ans. Si tous les reproches se résument à une situation d'abus de monopole, on distingue actuellement les conflits principaux suivants:

1. Microsoft a conclu des accords avec les plus grands fournisseurs d'accès à Internet, dont America Online, Compuserve et AT & T Worldnet. Dès lors, ces fournisseurs proposent uniquement Microsoft Explorer comme logiciel de navigation à leurs usagers, ce qui pénalise la concurrence de Netscape.

2. Microsoft a exercé un chantage commercial sur les principaux constructeurs de PC, dont le numéro un Compaq, afin que le navigateur Internet Explorer soit installé d'office sur les nouveaux ordinateurs vendus. En 1995, Microsoft aurait aussi fait pression sur la firme Netscape afin qu'elle cesse tout développement de ses produits sur la plate-forme Windows.

3. Selon les plaignants, Microsoft vend son environnement Office à des prix trop bas aux constructeurs afin de les encourager à l'installer d'origine sur toutes les nouvelles machines. Microsoft empêche ainsi d'autres acteurs de pénétrer sur le marché des logiciels de bureau (traitements de texte, tableurs).

D'une manière générale, la tactique de Microsoft consiste à intégrer de plus en plus de fonctionnalités directement à l'intérieur du système d'exploitation (le coeur logiciel qui fait fonctionner l'ordinateur). Ainsi, le navigateur Explorer est indissociable de Windows 98. Microsoft justifie cette intégration car Explorer permet non seulement de parcourir des sites Web mais aussi de visualiser les fichiers locaux, enregistrés sur le disque dur de l'ordinateur. Il restera toutefois possible d'installer sur Windows un autre logiciel pour surfer sur le Web, par exemple le Communicator de Netscape.

Pour Microsoft, la prochaine étape sera le développement de la version 5.0 de Windows NT, le système d'exploitation pour les serveurs, prévue pour le début 1999. Microsoft compte suivre la même stratégie et y intégrer directement ses produits, dont l'environnement BackOffice utilisé pour la gestion et la mise en place de sites Web. Ce type de logiciels pour les serveurs constitue actuellement la source principale de revenus de Netscape. La tâche s'annonce encore rude pour le Département de Justice, mais un démantèlement même partiel de l'empire Microsoft aurait des conséquences déterminantes pour l'économie mondiale.