EDITION

L'exclamation a besoin d'espace !

Le nouveau «Guide du typographe» est sorti de presse. Questions à l'un de ses auteurs, Roger Chatelain.

A ncien doyen de l'Ecole romande des arts graphiques, Roger Chatelain est l'un des auteurs de la 6e édition du Guide du typographe (1943), publiée samedi. Un CD rom devrait suivre, une fois épuisés les 10 000 exemplaires de cette «bible» de l'édition et l'imprimerie.

Le Temps: Quels sont les grands changements apportés depuis l'édition de 1993?

Roger Chatelain: Je parlerais plutôt d'évolution et d'un rappel à observer de manière plus stricte certaines règles, comme le «!». On a tendance à le coller à la dernière lettre du mot qui le précède, c'est dommage, cela l'affaiblit. Nous avons donc réaffirmé la règle de l'espace. Idem avec les accents sur les majuscules, ou les italiques, redondants dans les citations déjà entre guillemets. Nous avons aussi intégré les règles de composition pour les principales langues européennes, celles liées à Internet et à la féminisation des professions.

– C'est une position plutôt conservatrice…

– C'est possible, mais est-ce que le laisser-aller est mieux? Il faut déjà faire un effort pour lire. Nos règles sont au contraire un signe de respect et de promotion de la lecture.

– Est-ce que tout le monde se plie à votre codification?

– Oui, le guide s'est largement imposé, même en dehors de Suisse, d'où l'abandon du terme «romand» dans son titre. La dernière édition est épuisée depuis une année.

Publicité