De la lolette connectée au smartphone à écran incurvé, six tendances pour 2015

Innovation Le salon CES de Las Vegas a permis de dessiner les gadgets high-tech de ces prochains mois

Internet se glisse dans tous les objets

Rideau sur le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas. Le plus grand salon multimédia du monde, qui s’est tenu du 6 au 9 janvier dans la ville du Nevada, a dessiné les grandes lignes de ce qui attend les technophiles ces prochains mois. Pas de révolution, évidemment, mais une précision de tendances qui ont déjà été esquissées.

Pour les téléviseurs, les fabricants se sont lancés dans une quête éperdue de nouveautés. Depuis quelques mois, ils proposent des appareils dits «4K», offrant une résolution quatre fois supérieure aux écrans haute définition que nous connaissons. Les téléviseurs 4K sont déjà abordables, alors que les premiers appareils 8K ont été présentés à Las Vegas. Sharp a présenté un appareil avec une résolution supérieure de 167% aux modèles 4K, mais l’œil peine désormais à voir la différence entre les technologies. Hormis les téléviseurs, voici les six tendances majeures.

Tout devient connecté

Une lolette équipée d’un thermomètre et d’une puce Bluetooth: voilà l’exemple parfait symbolisant l’avancée irrépressible des puces dans notre quotidien. La société Blue Maestro a présenté à Las Vegas son modèle Pacifi-i, qui permet aux parents de vérifier, sur leur smartphone, la température de leur tout jeune enfant. Le thermomètre enregistre en temps réel les données et les transmet via Bluetooth. La pile a une autonomie d’un an et le smartphone est aussi capable de localiser la lolette en cas de perte. L’appareil, qui coûtera 39 dollars, attend encore l’approbation des autorités sanitaires avant une commercialisation prévue cette année. Par ailleurs, le CES a été l’occasion de présenter des dizaines de montres, bracelets, bijoux ou habits connectés.

Le bond de la domotique

C’est un mouvement tout aussi important mais dont on parle peu: l’essor de la domotique, poussée par Google, Apple et Samsung. A Las Vegas, la société SmartThings, récemment acquise par Samsung, a présenté une série de nouveaux capteurs (humidité, chaleur, ouverture de porte, caméra, etc.). Tous sont reliés à Internet, tous sont connectés à une application sur smartphone. Et tous rendent a priori des services à des coûts nettement moins élevés que les appareils fournis actuellement par les entreprises de sécurité. Sur ce marché, Google, qui a acquis la société Nest l’année passée, progresse aussi. Et, de manière moins visible, plusieurs fabricants de capteurs travaillent aussi avec le système HomeKit d’Apple.

Réalité virtuelle

Oculus, racheté en 2014 par Facebook, occupait un stand de deux étages à Las Vegas. Ses responsables ont annoncé que pour la première fois, le dernier casque à immersion totale, baptisé Crescent Bay, était proche d’une commercialisation à large échelle. Les journalistes qui ont pu tester ce casque ont estimé qu’Oculus avait fait d’énormes progrès pour plonger ainsi le joueur en pleine réalité virtuelle, que ce soit sur un champ de bataille ou au temps des dinosaures. Cette année, Oculus pourrait faire très fort sur le marché, alors que beaucoup moins de monde parle des Google Glass.

Du bon son

Cette fois, c’est la bonne. En pré-commande depuis des mois, le baladeur numérique Pono est désormais officiellement en vente aux Etats-Unis. Le Pono a été initié par le chanteur et guitariste canadien Neil Young, las de la faible qualité acoustique des baladeurs classiques. Selon les tests effectués à Las Vegas, le Pono semble valoir ses 399 dollars, avec un son de très bonne qualité. Le baladeur embarque 128 Go de mémoire flash (64 Go internes, 64 Go sur une carte MicroSD fournie), ce qui permet de stocker environ 5000 morceaux en qualité CD. Le baladeur est relié à un site d’achat de musique de haute qualité (https://ponomusic.force.com). Il sera sans doute bientôt possible d’acheter le Pono en Suisse via des sites web spécialisés.

Des écrans incurvés

Les fabricants de smartphones sont confrontés aux mêmes problèmes que ceux qui conçoivent des téléviseurs: comment inciter les consommateurs à racheter des appareils? LG espère avoir trouvé la solution avec le modèle G Flex 2, évolution du premier modèle commercialisé en 2014. LG affirme que son appareil est plus résistant, tant aux chocs qu’à une présence prolongée dans une poche. Le fabricant affirme aussi que le micro est plus proche de la bouche et que la courbure de l’écran (700 mm de rayon) propose «une expérience de visionnage immersive quel que soit l’angle de vue». Mais les journalistes qui ont pu tester l’appareil à Las Vegas n’ont pas été aussi emballés que l’équipe marketing de LG.

Partout, des drones

Sur le même principe du financement participatif que le baladeur numérique Pono, le drone Zano pourrait prendre son envol cet été. La société qui l’a développé a reçu suffisamment de fonds pour commercialiser bientôt ce mini-drone (6,5 x 6,5 cm) doté d’un poids plume de 55 grammes. Le Zano se destine à la prise de vue autonome avec son capteur photo de 5 mégapixels qui sait aussi filmer en HD 720p. Le drone coûte 170 livres en pré-commande sur Internet et sa commercialisation en Suisse n’est pas encore prévue.