Web sémantique

Le monde «intelligent» de Google

Le moteur de recherche a lancé mercredi la version française de son outil «Knowledge Graph», soit l’affichage instantané d’un condensé d’informations actualisées sur des termes connus, tels que les monuments célèbres, les personnalités ou les villes

«Jean-Jacques Rousseau? – Né le 28 juin 1712 à Genève et mort le 2 juillet 1778 à Ermenonville, écrivain, philosophe et musicien genevois francophone […]. Une vie d’indépendance et d’instabilité», répond Google. Son album? «Le Devin du Village, featuring conductor René Clemencic». En dessous apparaissent une bibliographie et les portraits de Voltaire, Locke, Hobbes et Diderot.

De tels résumés apparaissent depuis mercredi lors de certaines recherches. «C’est basé sur ce que les utilisateurs recherchent», explique un porte-parole de Google Suisse. «Un panneau apparaît pour Stephan Eicher, bien connu depuis vingt ans au niveau national, mais pas encore pour Bastian Baker – peut-être dans quelques mois, à voir.» L’algorithme décide des résultats à présenter en fonction de la langue et de la situation géographique.

L’objectif de Google: «cartographier des objets du monde réel.» Baptisée Knowledge Graph et annoncée en mai 2012, cette fonctionnalité, disponible dans huit langues, n’est pas encore accessible en continu. «Le déploiement se fait sur plusieurs jours», explique Google Suisse. «La limitation évite que la capacité ne tombe.»

Associé à une base de données de Metaweb, une société rachetée par Google en 2010, le système compte 570 millions de panneaux mais «n’est pas encore 100% parfait: pour améliorer les résultats, il faut un travail manuel énorme». Malgré les imperfections – on peut penser aux débuts du service de navigation virtuelle Street View –, Google innove et voit grand, puisque cette base de données s’agrandira en fonction des recherches les plus fréquentes.

Publicité