La plupart des internautes qui se lancent sur le Web commencent leurs recherches avec le moteur le plus populaire, Altavista (www. av.com). Outre sa version originale en anglais, celui-ci offre aussi ses services en vingt-cinq autres langues, dont le français. D'autres moteurs de recherche se lancent aussi dans les langues étrangères. Autre site très fréquenté, Yahoo (www.yahoo.com et sa version française www.yahoo.fr) n'est pas un moteur de recherche mais un annuaire, indexé manuellement. Il offre cependant un accès vers le moteur de recherche Inktomi. Google (www.google.com) est par ailleurs un moteur récent qui offre la particularité de classer les liens trouvés en fonction du nombre de leur référencement en partant du principe que plus une page est citée, plus elle doit contenir des informations intéressantes.

Dans le monde francophone, le moteur proposé par France Télécom, Voila (www.voila.fr), est incontournable. Sur le plan suisse, deux moteurs se font concurrence: celui de Blue Window, Sear.ch (www.sear.ch), dispose de la plus grosse base de données (quatre millions de pages indexées), mais celui de Search (www.search.ch) a des informations plus fraîches et semble mieux géré.

Il y a quelques mois, les internautes avertis ne juraient que par les «métamoteurs», des sites qui proposaient une recherche simultanée sur plusieurs moteurs: www.goto.com ou www.web crawlercom. Mais ils n'ont pas vraiment réussi à décoller et ils sont aujourd'hui concurrencés par des logiciels spécifiques, souvent disponibles gratuitement comme Copernic ou WebFerret.

N. W.