Les nouvelles provenant du marché des navigateurs web sont excellentes. Google vient de sortir sa version 2.0 de Chrome. Opera expérimente un mode turbo, la version 3.5 de Firefox est attendue pour avril Et Microsoft vient de lancer la huitième édition d’Internet Explorer. Bien sûr, chacun affirme que son navigateur est le plus rapide – Microsoft n’hésitant pas à brandir ses tests internes au lieu d’utiliser des standards –, mais peu importe: la pression mise sur le géant américain par ses concurrents paie et les internautes peuvent enfin faire un choix valable.

Même sil ne faut pas s’arrêter là. Le prochain marché où il faudra tuer un monopole est celui des systèmes d’exploitation. Avec 95% de parts de marché pour Windows, Microsoft n’a encore rien à craindre d’Apple. De son côté, Linux progresse encore trop lentement pour devenir une alternative claire aux yeux des consommateurs, même si la distribution la plus aboutie, Ubuntu, est séduisante. Du coup, on suit avec beaucoup d’attention Google, pour une fois dans la peau du challenger. Les rumeurs le voyant adapter son système pour téléphone, Android, vers un ordinateur portable, se font de plus en plus insistantes. Des petits malins ont déjà réussi à installer Android sur un netbook. Alors pourquoi ne pas conclure un accord de distribution avec les fabricants de portables Acer ou Asus? A suivre de très près ces prochaines semaines: pour l’utilisateur, la prochaine révolution se trouve peut-être là.