«Le modèle 7250 sera disponible dès février. Pardon, il s'agit du 6100. Non, ce n'est pas celui-là… Mais comment s'appelle-t-il?» Si même cette responsable de Nokia confond les futurs modèles de téléphones mobiles de la marque, qu'en sera-t-il des consommateurs? Lundi, le géant finlandais a présenté à Munich pas moins de neuf nouveaux produits, tous disponibles dans les prochaines semaines. Non content de détenir 36% de parts de marché mondial dans les téléphones mobiles, Nokia veut conquérir de nouvelles terres.

Anssi Vanjoki, vice-président de Nokia, a tenté de jouer avec les nerfs de quelque 200 journalistes européens conviés en Bavière. Il n'a montré que trois secondes un prototype que l'on ne s'attendait pas à voir sortir de leurs laboratoires: une console de jeux portable. D'un aspect similaire à une Game Boy Advanced, la Nokia N-Gage sera présentée en février 2003. Le groupe finlandais s'est associé au japonais Sega pour la création de jeux, disponibles sur des cartes mémoire. Questionnés sur l'appareil, les dirigeants de Nokia ont opposé plusieurs no comment secs. Autre surprise, le lancement d'une caméra destinée à surveiller une habitation, par exemple. L'Observation Camera, d'un coût de 450 euros environ, transmettra images ou relevés de température à un portable. Une seconde caméra, de la taille d'un pouce, sera commercialisée pour 100 euros environ.

Nokia ne prend-il pas des risques en se diversifiant ainsi? «Pendant dix ans, nous n'avons construit que des téléphones, et nous sommes devenus très performants, répond Seppo Laukkanen, vice-président du département marketing pour l'Europe. Nous ne faisons que greffer notre activité de base sur de nouveaux produits. Notre mot d'ordre reste la mobilité, sous toutes ses formes.» Avec ce but ultime: pénétrer absolument tous les marchés. Nokia commercialisera petit à petit six nouveaux téléphones. A commencer par le 2100, noir-blanc, qui a pour mission de s'imposer dans les pays en voie de développement. En passant par le Nokia 5100, qui comporte un thermomètre et un compteur de calories, pour finir avec le 8910i, dont la coque est en titanium. Avec ce nouveau portable, Nokia aura une palette de produits de 100 à 1000 euros. Le nombre de modèles ne risque-t-il pas de déconcerter le consommateur? «Il nous faudra un marketing très clair, concède Seppo Laukkanen. Mais notre marque est très forte, et chaque utilisateur a des besoins très précis. Nokia vient d'ailleurs de se restructurer en neuf divisions telles l'imagerie, les affaires, le divertissement, les produits d'entrée… Nous voulons toucher tout le monde.»

Nokia prévoit, pour 2002, la vente de 400 millions de portables, tous constructeurs confondus. Mais la demande sera-t-elle à l'avenir toujours importante pour des appareils de plus en plus perfectionnés et donc plus chers? «Oui, et 2003 sera meilleure encore, sourit Seppo Laukkanen. Les propriétaires de mobile veulent toujours le dernier modèle. Et de plus en plus d'entre eux en possèdent plusieurs. Ils prennent par exemple leur «ancien modèle» pour sortir ou pour aller en vacances, car sa perte ne leur sera pas trop dommageable.»

Nokia compte aussi beaucoup sur le développement des logiciels liés au divertissement pour doper ses ventes. Scandinaves et Anglais peuvent ainsi, depuis plusieurs semaines, télécharger des jeux, qu'il s'agisse de courses de voitures ou de jeux d'aventure. Même réalisées sur des téléphones mobiles déjà sur le marché, tel le 7650, les démonstrations de plusieurs développeurs avaient hier de quoi impressionner. L'arrivée de modèles plus performants encore comme le 3650, devrait rapidement inciter les opérateurs à ouvrir leur réseau à la multitude de sociétés qui éditent de tels jeux.

Alors que le car s'éloignait hier soir du «show» Nokia, les mélodies polyphoniques de plusieurs portables résonnaient dans le véhicule. Ce n'est pas une surprise: Nokia veut, comme ses concurrents, transformer les portables en baladeurs musicaux!