«La publicité mondiale dont a bénéficié le lancement de Mega est tout simplement trop importante à gérer pour notre start-up. Je m’excuse pour la faible qualité de nos services», a déclaré sur son compte Twitter Kim Schmitz, qui a changé son nom en Kim Dotcom.

Ces problèmes ne semblent pas gêner outre mesure la fréquentation du site de partage. Selon Kim Dotcom, qui relaie des données d’Alexa.com sur son compte Twitter, Mega est déjà le premier site néo-zélandais en termes de fréquentation: «Après seulement trois jours, Mega est maintenant le plus fréquenté des sites en co.nz dans le monde. Viva New Zealand!» Pour preuve, «60 uploads sont complétés chaque seconde», affirme Kim Dotcom.

L’excentrique fondateur (LT du 24.01.2012) démontre aussi sur Twitter que la montée en puissance de son site correspond à une baisse de fréquentation d’un des leaders du marché: Dropbox. Lancé dimanche, soit un an exactement après la perquisition du manoir de Kim Schmitz par la police néo-zélandaise (LT du 21.01.2012), mega.co.nz a attiré un million de visiteurs au cours des 14 premières heures et plus de 500 000 utilisateurs inscrits, toujours selon son fondateur.

Une équipe travaille sans relâche pour résoudre les difficultés rencontrées, et le site devrait fonctionner normalement «d’ici à 48 heures», a précisé mardi le sulfureux Allemand de 39 ans, qui a refusé de donner des chiffres actualisés sur la fréquentation du site. «Si je vous le disais […], vous ne me croiriez pas. Je ne peux pas le croire moi-même. Alors, je ne le dis pas», a-t-il ajouté.

Offre compétitive

Basé à Auckland en Nouvelle-Zélande, Mega.co.nz se présente comme un service de stockage en ligne (en réseau virtuel «Cloud») de type Dropbox, Google Drive ou encore Mixturecloud, mais il propose 50 Go de stockage gratuit, une offre supérieure à ses concurrents. Google Drive se contente d’un espace gratuit de 5 Go, tandis que Dropbox propose, lui, 2 Go d’espace gratuit augmentable à 18 Go. Mixturecloud, autre programme similaire, propose de son côté 30 Go d’espace gratuit.

Outre sa capacité de stockage gratuite plus importante que ses principaux concurrents, les offres commerciales du site Mega semblent aussi plus intéressantes. Pour un espace minimum de 500 Go, il faut débourser 9,99 euros par mois avec Mega contre 49,99 dollars pour Dropbox. Google Drive se contente lui d’un espace supplémentaire minimum payant de 25 Go pour 2,5 dollars par mois, ou encore de 400 Go pour 19,99 dollars par mois. L’offre la plus intéressante demeure a priori celle de Mixturecloud, qui propose un stockage de donnée illimité moyennant 9,99 euros par mois ou 69,99 euros par an.

La bêta de Mega est aussi disponible intégralement ou partiellement en 32 langues. Dropbox se contente de 8 langues, de même que Mixturecloud, contre 38 à Google Drive.

Kim Dotcom l’a annoncé hypersécurisé et plus puissant que Megaupload, fermé il y a un an par les autorités américaines. Concernant la sécurité, les avis de nombreux followers du #Mega montrent plutôt que le nouveau site de Kim Dotcom possède de sérieuses failles de sécurité et que la «crypto-sécurité» n’est pas autant sûre que Kim Dotcom le prétend. Kim Dotcom a aussitôt répliqué en annonçant un prochain post de rectification avec #Mega. L’ancêtre de Mega, le site Megaupload, créé en 2005 et installé à Hongkong, affirmait rassembler chaque jour 50 millions d’utilisateurs et représenter 4% du Web.

Activités criminelles

Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, est actuellement en liberté sous caution en Nouvelle-Zélande, où il vivait au moment de son arrestation fin janvier 2011. Les Etats-Unis l’accusent, lui et les responsables du site Megaupload, d’avoir tiré 175 millions de dollars de revenus d’activités criminelles et causé un préjudice de 500 millions de dollars aux détenteurs des droits, en proposant des copies piratées de films de cinéma, de programmes télévisés et d’autres contenus.