Halo ODST

Pâleur du « Halo »

Testé sur XBox 360

Exclusivité à succès de la console de Microsoft, « Halo »s’offre un retour en forme de séquelle à Halo 3, publié en 2007. Ce nouvel épisode, sous-titré ODST (pour Orbital Drop Shock Troopers, tout un programme), greffe à un jeu de tir à la première personne une pincée d’infiltration, mais reprend, dans les grandes lignes, l’univers proposé par ses devanciers: nous sommes en 2552, et les troupes humaines de l’UNSC continuent le combat contre les Covenants, des extraterrestres qui, selon leur déclinaison, peuvent tenir du gnome à crête de coq ou du crustacé anthropomorphe. Horreur: ces quérulents aliens ont mis le pied sur Terre, dans la riante cité de New Mombasa: c’est là que vous intervenez.

Malheureusement, ODST, sans être bas de gamme, ne tient pas ses promesses ni, surtout, ne maintient la haute tenue de la licence Halo. Niveaux de jeu convenus, scénario décousu, réalisation acceptable sans plus, gameplay peu imaginatif: on reste sur sa faim, les centres du plaisir davantage excités par l’adrénaline fournie par tout jeu de tir – c’est mieux que rien - que par le sentiment de la découverte. Au rayon des trouvailles intéressantes (mais fut-ce volontaire?), on notera un système de vision nocturne qui a l’étrange pouvoir de surligner le contour des ennemis d’un liseré rouge flashy qui nous ramène en droite ligne à l’esthétique de Tron (1982, Studios Disney). ODST bénéficie d’un mode multijoueur online.

Note: 2,5 sur 5

Publicité