Pas de doute: l’accueil que le National Stadium d’Abuja réservera dimanche soir aux joueurs suisses sera bouillant. «Les journaux ne parlent que de ça, l’atmosphère est électrique, le Nigeria est en ébullition», explique Ben Adam Shemang, journaliste au pays hôte de la Coupe du monde des M17. «Les attentes sont extrêmement élevées envers notre équipe, tenante du titre, ajoute le reporter. Ici, tout le monde a conscience que nous nous apprêtons à vivre un événement de portée historique. Le sport est un facteur d’unité ici. Les gens ne sont plus qu’un tout, une voix, un match, un trophée pour une nation qu’on appelle le Nigeria.» Bref, quoique répartis en quelque 250 ethnies, les 140 millions de personnes que compte le pays partagent une cause commune: le ballon rond et le sort des jeunes «Super Eagles».

Risque d’intimidation

«Les supporters nigérians ont soutenu l’équipe de Suisse parce qu’ils aiment son beau football», reprend notre interlocuteur. «Mais les gens veulent que le Nigeria conserve le trophée. Et les joueurs suisses risquent d’être un peu intimidés par le bruit dans le stade, les chants et les danses de supporters frénétiques.»

Ambiance… Mais, au-delà de la dimension festive de la finale, point une inquiétude: celle de voir les incidents de jeudi soir se reproduire. Avant et pendant la demi-finale victorieuse du Nigeria contre l’Espagne à Lagos, dans un stade archi-comble, des mouvements de foule ont fait une cinquantaine de blessés, dont quatre étaient encore à l’hôpital vendredi soir. Des sources nigérianes ont même fait état de plusieurs morts. Des milliers de personnes sans billet ont fait céder des barrières pour accéder à l’enceinte. Malgré les appels au calme, il a fallu attendre la 2e mi-temps pour un retour à l’ordre. Des débordements de ce type, assez courants en Afrique, avaient tué des supporters récemment à Abidjan.

La finale se déroulera dimanche à Abuja. Le stade de 60 000 places, plus moderne que celui de Lagos, devrait garantir une meilleure sécurité. Pourvu que la fête ne soit pas gâchée!