En charge de la revue de presse de 8 h 30 sur France Inter, la journaliste Pascale Clark a annoncé au quotidien Libération son désir d'arrêter le passage en revue des quotidiens du matin dans une interview parue mercredi.

Pour l'heure, «France Inter ne donne aucune confirmation de cette information», explique-t-on du côté du service de presse de la chaîne.

Rythme trop contraignant

Celle qui vient de publier un roman, Tout le monde fait l'amour, aux Editions Albin Michel, souhaiterait terminer sa revue de presse en même temps que la saison, au mois de juin. Parce qu'elle «ne supporte plus ce mode de vie» et qu'elle aimerait «regagner l'insouciance de se coucher à pas d'heure», comme elle le confie au quotidien français. Pour préparer cet exercice de style quotidien qu'elle interprète de façon tour à tour grinçante, ironique, mais toujours pertinente, Pascale Clark se lève en effet à 3 h, parcourt les journaux dès 4 h et enchaîne les titres sur les ondes aux alentours de 8 h 30.

En trois ans, la voix grave et légèrement traînante a su faire de sa revue de presse un must des matinales animées par Stéphane Paoli. Au point que certains journaux protestent vertement lorsqu'elle refuse systématiquement de les citer à l'antenne, comme c'est le cas de l'hebdomadaire Marianne avec lequel Pascale Clark entretient un contentieux.

La journaliste pose un regard critique sur les quotidiens français: uniformisation de l'information au travers de «la foi absolue accordée aux agences de presse». Du coup, Pascale Clark fait la chasse aux «infos maison», ce qui fait «l'identité d'un journal». Reste qu'elle a «besoin de (se) nourrir d'autre chose que de papier». En plus de grasses matinées, elle rêve désormais d'une «émission basée sur l'actualité, avec beaucoup de sons, pas seulement des voix».