Après l’élection dimanche du Soleurois Pirmin Bischof, le PDC reste le parti le plus représenté au Conseil des Etats avec 13 sièges. Avec onze fauteuils, le PS se hisse au niveau du PLR. L’UDC a échoué en revanche dans son assaut de la Chambre des cantons.

Malgré deux sièges perdus à St-Gall et à Schwyz, le PDC reste le parti le plus fort à la Chambre des cantons. Mais l’écart avec les suivants se ressert. Avec un gain de deux fauteuils par rapport à 2007 et trois de plus qu’à la fin de la législature, le PS est le grand vainqueur de l’élection au Conseil des Etats. Les socialistes ont gagné un siège en Argovie (Pascale Bruderer), à St-Gall (Paul Rechsteiner) et ont récupéré à Berne - élection de Hans Stöckli au détriment de l’UDC Adrian Amstutz - le fauteuil perdu en mars après l’élection de Simonetta Sommaruga au Conseil fédéral.

L’UDC grand perdant

Pour cette nouvelle législature, PDC et PLR restent toutefois majoritaires aux Etats, mais de peu. Avec les onze sièges libéraux- radicaux (-1), les deux partis totalisent 24 fauteuils sur les 46 que compte la Chambre des cantons, alors qu’ils en occupaient 26 à la fin de législature (et 27 après les élections de 2007).

Le recul de ces partis aux Etats se confirme. Jusque dans les années 1920, ils occupaient parfois 40 sièges ou plus. Ce nombre est passé pour la première fois en 2003 sous la barre des 30.

L’UDC est le grand perdant de l’élection. Dès le mois de janvier, le parti a répété qu’il voulait être davantage représenté à la Chambre des cantons et a lancé des «poids lourds» comme Toni Brunner (SG), Christoph Blocher (ZH), Caspar Baader (BL), Oskar Freysinger (VS), Jean-François Rime (FR) ou Guy Parmelin (VD) dans la course.

Aucun d’entre eux n’a passé le cap du système majoritaire. Et au final, l’UDC se retrouve avec 5 sièges, contre 7 en fin de législature.

UDC, PLR, PDC et PBD totalisent toutefois ensemble 30 des 46 mandats de la Chambre des cantons. En outre, l’indépendant Thomas Minder (SH) a rejoint le groupe parlementaire UDC.

De plus, les deux représentants des Verts libéraux votent souvent comme les partis bourgeois sur les questions économiques ou de politique sociale. Les représentants de gauche restent donc largement minoritaires au Conseil des Etats avec 13 fauteuils (11 socialistes + 2 Verts).