L’hommage rendu à Pierre Bataillard, à l’Espace Arlaud à Lausanne, célèbre le peintre et le graphiste, et il touche du fait du soin apporté par Nouky Bataillard, elle-même poétesse, à la mise en valeur de l’œuvre de son mari (sœur de l’artiste, Marianne Bataillard est la commissaire de l’exposition). La carrière de Pierre Bataillard aura couvert une soixantaine d’années, tandis que le couple Bataillard s’est uni voici soixante ans. Ces décennies sont évoquées dans une première salle dédiée aux réalisations publiques et publicitaires, soit le travail du graphiste, de l’illustrateur, du muséologue et de l’architecte d’intérieur.

Il y a un style Bataillard, qui mise sur la ligne, le dessin lisible et stylisé, formé de nombreux angles et de droites, axé sur le motif au détriment du décor, de manière à capter et maintenir l’intérêt sur le sujet et ses composantes poétiques: le dessin reproduit sur le carton d’invitation montre l’atelier, réduit au tabouret, à une lampe, à la planche à dessin, sur laquelle se trouve justement une image montrant des oiseaux - lesquels oiseaux s’échappent de la page pour s’en aller voler au loin. On découvrira également cette scène dans laquelle un artiste réalise son autoportrait et pénètre, littéralement, physiquement, dans sa composition.

Une autre section nous fait découvrir les photographies, en noir et blanc, souvent des clichés ramenés de voyages, qui ont pris une place importante dans la vie de Nouky et Pierre Bataillard: en Grèce, au Portugal, puis en Laponie et en Alaska. Puis on se souviendra avec nostalgie des brochues OSL (œuvre suisse des lectures pour la jeunesse), qui visaient à susciter chez les enfants l’amour de la lecture, et les charmaient. Contes peuplés d’animaux dans ce «style Bataillard» dont nous parlions, tout en lignes et en limpidité.

Affiches, étiquettes, réalisations muséographiques, on en arrive gentiment à la salle réservée au peintre. Né en 1927 à Morges, Pierre Bataillard a étudié à l’Ecole cantonale de dessin de Lausanne, sous la houlette de Casimir Reymond, Charles Chinet, Marcel Poncet. Il rencontre Nouky, alors âgée de seize ans, et l’épouse en 1953. Après une longue carrière à la tête de Pierre Bataillard Graphic Design SA, il se retire en 1986 et se voue à son œuvre personnelle, paysages au pastel, aquarelles, natures mortes, tout en chatoiements colorés. La Fondation Pierre et Nouky Bataillard a été créée en 1990. Le peintre est décédé en 2008.

Espace Arlaud (pl. de la Riponne 2bis, Lausanne). Me-ve 12-18h, sa-di 11-17h. Jusqu’au 21 juillet.