Nokia tente toujours de rebondir sur le marché des smartphones. Il y a quelques jours, la firme finlandaise lançait en Suisse le Lumia 925, son modèle le plus haut de gamme. A première vue, les améliorations du nouveau venu de Nokia ne sautent pas aux yeux.

Non pas que le dernier arrivé de la série haut de gamme de la firme finlandaise soit une déception. Il est même très convaincant. Mais s’il reprend les atouts de son prédécesseur – le Lumia 920, sorti du moule finlandais en automne dernier –, en les améliorant, il n’en corrige pas tous les défauts. Du coup, il demeurera difficile pour Nokia de séduire des consommateurs helvétiques qui ont les yeux rivés sur l’iPhone ou des modèles tournant sous Android. Nokia est aujourd’hui le dixième fabricant de smartphones dans le monde.

Le Lumia 925 ne manque pas de points forts. Commençons par eux. Le système d’exploitation d’abord, Windows, dans sa version 8 avec des «tuiles», est simple, modulable, esthétique et rapide. Il est possible d’en changer les couleurs, le tout est agréable, d’autant que l’écran est d’excellente qualité.

Question taille, il est plus grand que la plupart des smartphones sur le marché avec un écran de 4,5 pouces (11,25 centimètres) de diagonale – l’iPhone 5 en revendique 4. Quant à la résolution, elle s’élève à 334 pixels par pouce – c’est légèrement plus que l’iPhone 5 (326) mais nettement moins que le Samsung S4 (441 pixels par pouce). La technologie AMOLED du Lumia 925 est un plus. Si l’écran affiche des reflets, la lecture de texte au soleil est possible. Le téléphone propose une suite Microsoft Office pratique. L’installation des e-mails n’est pas compliquée.

Autre avantage, les cartes proposées par Nokia, précises et sans comparaison avec celles d’Apple. Elles proposent des liens vers des lieux à visiter, des restaurants, des hôtels ou des magasins avec des commentaires d’utilisateurs. En outre, il est possible d’en télécharger par région et de les utiliser hors connexion, évitant ainsi de lourdes factures de roaming (itinérance). Ces cartes figurent dans tous les appareils tournant sur Windows, même s’ils proviennent d’un autre fabricant, comme HTC. A noter que Nokia propose aussi, avec «Here Drive +», un système gratuit de navigation automobile.

On apprécie également la présence de l’application Nokia musique, qui propose notamment des flux par style de musique dont le choix est très important. Il est aussi possible de télécharger certains flux pour les écouter hors connexion. Côté gadget, le Lumia 925 propose des applications amusantes pour retoucher des photos. Le capteur de l’appareil photo – Carl Zeiss – est bon. Sa résolution est de 8,7 millions de pixels.

Ces caractéristiques se retrouvaient en grande partie déjà dans le Lumia 920. Son grand frère rétablit cependant un défaut jugé inacceptable lors de notre test: le poids de l’appareil. Il passe ainsi de 185 grammes à 139. C’est toujours davantage que les 112 grammes de l’iPhone 5, mais la grande taille du nouveau venu fait que l’impression globale est celle d’une certaine légèreté. Côté apparence, le modèle existe en trois variantes pour la coque: noire, grise ou blanche. Le dessus est noir et le côté gris. A droite, quatre boutons physiques permettent de contrôler le volume sonore, l’allumage et les photos. En bas, trois boutons virtuels permettent de revenir en arrière, à la page principale ou de procéder à des recherches.

Si le smartphone, qui permet d’utiliser le réseau 4G, amène des avancements, reste encore quelques points noirs. Le magasin d’applications de Windows se développe certes, mais il ne rivalise de loin pas encore avec ses concurrents d’iOS (Apple) et d’Android. Le téléphone ne permet pas d’insérer de carte mémoire. Il faudra se contenter des 16 gigas disponibles (la moitié moins que son prédécesseur) mis à disposition et des 7 gigas d’espace de stockage gratuit en ligne du service SkyDrive de Microsoft.

Un peu moins cher que la version 920 (849 francs sans abonnement), le 925 coûte 769 francs sans abonnement chez Swisscom. L’opérateur, de même qu’Orange et Sunrise, le met à disposition à partir de 1 franc selon l’abonnement choisi.

Grand avantage, les cartes proposées par Nokia, précises et sans comparaison avec celles d’Apple