Schubbi, 37 ans, pose pour un photographe dans le nouvel espace asiatique du zoo de Gelsenkirchen, dans la Ruhr. Cet orang-outan a de quoi être satisfait: le vieux zoo allemand a été totalement refait pour un coût de 130 millions de francs. Schubbi est le mâle d’un groupe de sept orang-outans en provenance du zoo de Bâle. La tribu rousse est arrivée en décembre dernier à Gelsenkirchen, avant de prendre possession de son nouvel espace «naturel» il y a seulement quelques jours.

Le parc des grands singes au zoo de Bâle sera lui aussi réaménagé. Un vaste terrain extérieur recouvert de filets leur sera réservé. En attendant sept gorilles (dont la femelle gorille Goma, 50 ans), dix chimpanzés et trente plus petits primates seront logés dès le mois prochain dans un bâtiment de Novartis à Bâle. Comme Novartis a été l’objet d’attaques récentes en raison de ses essais sur les animaux, l’emplacement du bâtiment sera tenu secret.

Schubbi n’a plus ce genre de souci. Très churchillienne (mais où est le cigare?), sa pose trahit une longue habitude des médias. On nous dira bien sûr que cette remarque est anthropomorphique. Sans doute. Mais pas certain. En janvier dernier, la BBC a diffusé le premier documentaire entièrement tourné par des chimpanzés. Selon les scientifiques qui ont supervisé le projet au zoo d’Edimbourg, les grands primates n’ont sans doute pas eu conscience qu’ils «tournaient un film». Mais ils ont très bien compris la fonction de l’écran de contrôle des caméras qui leur avaient été confiés, cherchant constamment de nouveaux points de vue, de nouvelles scènes à tourner.

Alors, pose ou pas pose pour le photographe? Mystères et boules de gomme.