La décision de Ringier de lancer un nouveau journal du dimanche en Suisse romande (Le Temps du 23 août) devrait être prise au plus tard le 23 septembre. La direction générale du groupe alémanique s'est réunie jeudi et a notamment parlé du projet initié par Jacques Pilet, directeur du secteur «journaux».

Porte-parole de Ringier, Fridolin Luchsinger explique à ce sujet que la direction générale du groupe a demandé à la petite équipe qui planche sur ce nouveau titre de poursuivre ses travaux. «La décision définitive sera prise encore en septembre», ajoute-t-il. Outre les séances de direction générale des 9 et 23 septembre, un conseil d'administration serait prévu pour le 15. Mais il semble que le projet soit désormais bien parti.

Interrogé sur les détails du projet, Fridolin Luchsinger reste très évasif. Il confirme les bruits évoquant une collaboration rédactionnelle avec le SonntagsBlick, le journal dominical alémanique de Ringier: «Une telle collaboration est logique.» D'un autre côté, on parle également d'un positionnement «haut de gamme» du nouveau titre.

Quant à la date de lancement, Ringier aimerait bien démarrer avant la fin de l'année mais, selon Fridolin Luchsinger, il semble difficile de lancer un tel projet cet automne encore. Par ailleurs, le responsable du projet, le journaliste Christophe Passer, détaché de la rédaction de L'Hebdo, a déjà commencé à approcher plusieurs rédacteurs romands pour leur demander s'ils étaient intéressés à participer à cette aventure. Du côté de la distribution, Ringier pourrait s'appuyer sur les 1000 points de vente actuels du SonntagsBlick en Suisse romande. A noter que Le Matin Dimanche en a 5300, dont la moitié sous forme de caissettes.

Du côté du groupe lausannois Edipresse, éditeur du Matin Dimanche qui occupe actuellement seul le marché de la presse dominicale, on ne reste pas inactif face à l'arrivée possible de Ringier. Théo Bouchat, directeur des publications d'Edipresse Suisse, a invité jeudi la rédaction du Matin à une séance d'information. Il a indiqué qu'il prenait très au sérieux le projet. L'éditeur lausannois va ainsi accélérer sa réflexion sur une relance et une redynamisation du Matin Dimanche dont la formule date déjà de quelques années. Théo Bouchat a par ailleurs précisé à la rédaction du Matin que le groupe était prêt à faire les investissements financiers nécessaires.

On évoque d'autre part le lancement possible d'une édition dominicale du Temps, dont Edipresse possède 47% aux côtés des actionnaires de l'ancien Journal de Genève et Gazette de Lausanne (47% également) et de la rédaction (6%).

Selon le directeur-rédacteur en chef du Temps, Eric Hoesli, «l'arrivée d'un nouveau titre du dimanche entraînerait une modification importante du paysage de la presse romande. Il n'est pas exclu qu'il y ait de la place pour un nouveau journal dominical. Surtout si ce dernier est soutenu par un quotidien de la semaine déjà existant. Dès lors, Le Temps pourrait logiquement s'intéresser à ce marché. Nous allons y réfléchir.»