Si les autorités ecclésiastiques n’ont pas sanctionné le pasteur Hendrikse, c’est parce qu’elles ont compris que sa démarche se concentrait surtout sur la signification que revêt le mot «Dieu». La décision a été prise de manière démocratique. En effet, l’Eglise protestante des Pays-Bas se compose de plusieurs tendances, et son système parlementaire empêche que ne prévale l’avis des seuls courants conservateurs.

Les idées de Klaas Hendrikse ne sont pas de nature à endommager les fondements de l’Eglise, a conclu le comité d’experts qui s’est penché sur la théologie du pasteur athée. Les gens débattent de l’existence de Dieu depuis la nuit des temps, a-t-il également constaté.

Le synode général a même décidé de lancer une vaste discussion sur le thème «parler de Dieu». Elle aura lieu au mois de novembre. «La discussion sur les questions de foi doit être maintenue au sein de l’Eglise, en particulier entre les diverses traditions qui composent l’Eglise protestante néerlandaise», a déclaré le conseil synodal pour justifier ce futur événement. Une perspective qui réjouit Klaas Hendrikse.