C'est un peu la vedette du jour. Onze ans après être entrée comme reporter au 19/20, le grand journal télévisé de France 3, Elise Lucet a droit, dans cette monarchie républicaine, à la prime réservée aux meilleurs: l'interview du roi, à l'occasion du 14 Juillet.

Dans les jardins de l'Elysée, ce mercredi à 13 heures, elle ne sera pas seule, puisqu'on la flanque de deux muezzins chevronnés et un peu fatigués du 20 heures: Patrick Poivre d'Arvor et Claude Sérillon. Mais c'est une reconnaissance tout de même, pour cette jeune journaliste, entrée comme reporter à Radio-France en 1983. L'année où elle faisait ses premiers pas, aussi, en télévision: à FR Caen, dont le rédacteur en chef se nommait Henri Sannier. Reconnaissance enfin et surtout d'une chaîne montante, où, avec Sannier, elle fit équipe dès le début des années 90, pour prendre une place au soleil des heures de grande écoute. Le 19 heures 30 de FR 3 est un quasi-must. Elise Lucet, qui commença à le présenter avec Paul Amar en février 1990, joua seule dès 1994 (en alternance avec Eric Cachart), pour en devenir la reine, quatre jours par semaine, en décembre de la même année et jusqu'à aujourd'hui.

Qu'on soit journal ou journaliste, dans ce métier, il faut savoir faire autrement. Le profil d'Elise Lucet s'est vite détaché du genre bon chic des TF1 ou de la 2. Face aux Béatrice Schönberg et Claire Chazal, le style Lucet a la vertu de la netteté. Dans cette chaîne concédée aux régions (entendez largement la province), ce bout de femme à la diction forte, au regard clair, fait moins dans les froufrous que dans la vente sans détour de la réalité quotidienne. Le 19 heures 30, chez elle, est un plat solide. Qu'avec les années la cuisinière se soit enveloppée n'a fait qu'en accentuer le goût.

Mais Elise Lucet ne s'est pas arrêtée là: elle est aussi Mme Sciences de la chaîne depuis 1994: au magazine Nimbus, le mardi, est venu s'ajouter le documentaire scientifique (Science 3). Vulgariser sans dénaturer: voilà l'ambition. Une gageure, tous les scientifiques vous le diront, que préoccupe gravement le problème de la communication.