La menace du dépeuplement

Instantané

La Suisse connaît une poussée démographique depuis les années 2000, mais plusieurs régions subissent le phénomène inverse. Ainsi, en 2013, de fortes baisses de population se sont produites à Tujetsch (GR, –8,9%) et Faido (TI, –5,9%), en raison du départ des ouvriers employés sur les chantiers des nouvelles transversales alpines. La rive droite du Rhin supérieur et la vallée de Conches voient leur population diminuer depuis 2010 (–7,9% à Reckingen dans le Haut-Valais, –4,4% à Lumnezia dans les Grisons).

Mais «on constate aussi des déperditions dans certaines stations touristiques, et c’est nouveau», souligne le géographe Pierre Dessemontet, de l’institut MicroGIS. Saanen, où se trouve Gstaad, a perdu 1,4% de ses habitants en trois ans; Vals, dans les Grisons, 5,7%; Saas-Fee 5,6% et Loèche-les-Bains 6%.

Parmi les autres régions en déclin, on trouve des parties du Jura, du Jura soleurois, ainsi que le massif du Napf entre Berne et Lucerne. Ces zones sont moins facilement accessibles que d’autres régions suisses.

Sara Carnazzi, chercheuse à Credit Suisse, constate une «mutation structurelle [qui] amène à une concentration de l’emploi dans les centres. Les services à haute création de valeur […] cherchent la proximité des réseaux qui se développent typiquement dans les centres.» Jusqu’à présent, Internet n’a pas permis aux régions moins urbanisées de profiter de ces emplois.