Adaptation libre et futuriste d’un fameux conte chinois – «Le voyage en Occident» – Enslaved narre l’histoire de Monkey, homme musculeux qui possède les attributs du roi des singes, héros de la légende, à savoir une queue et un bâton, et qui se bat pour retrouver son indépendance. Etant parvenu à s’enfuir d’un vaisseau esclavagiste prêt à s’écraser au dessus de New York en ruine, il se retrouve forcer à devoir aider la belle Trip pour s’en sortir. Jeu d’action/aventure, Enslaved se révèle dynamique et facile à prendre en main dans une ambiance de fin du monde où la nature aurait repris ses droits au milieu de milliers de droïdes.

Le duo Monkey-Trip fonctionne à merveille, rejoint plus tard par un troisième larron, les compétences spécifiques de chacun apportant une touche de diversité au récit dont les variations ne se déclinent pourtant qu’au compte-gouttes : les ennemis se ressemblent un peu tous et l’ on rencontre plusieurs fois le même boss. Les phases de plate-forme ont été simplifiées au maximum, les accès étant systématiquement soulignés, au point que la plupart de ces passages ne représentent souvent qu’une formalité.

Si Enslaved, rythmé et graphiquement agréable – plus dans l’atmosphère que dans le détail –, ne symbolise pas la quintessence du genre, il constitue cependant un défi intéressant qui embarque facilement le joueur dans sa quête de liberté.

Note : 3,5 sur 5