Sur les réseaux

Sarkozy: l’homme qui veut être sur la photo

L’ex-président s’est imposé au cortège officiel du 11 janvier, en hommage à Charlie. Les internautes l’ont imaginé en Forrest Gump, s’incrustant dans d’autres grands moments historiques

Sur les réseaux

Sarkozy: l’homme qui veut être sur la photo

Il s’est imposé au cortège du 11 janvier. Les internautes l’ont imaginé en Forrest Gump, s’incrustant dans d’autres moments historiques

Il est partout. Sur la lune avec Armstrong; aux côtés du général de Gaulle à la Libération; sur la photo de classe d’Einstein; derrière Cohn-Bendit qui défie un CRS; invité à la Sainte Cène de Vinci et au Déjeuner sur l’herbe de Manet; en icône Panini; avec Martin Luther King, Nixon, Kennedy, les Beatles, et même sur le catalogue de La Redoute. Demain, il sera peut-être sur vos clichés de vacances. Il? Nicolas Sarkozy, dont la remontée du peloton pour apparaître au premier rang du cortège officiel en hommage à Charlie, dimanche à Paris, a bien fait jaser.

Selon le protocole, l’ex-président devait marcher en troisième ligne, derrière une rangée de policiers et de gardes du corps. On l’y voit, aux côtés de Carla, ou plutôt, on repère d’abord Carla, et lui ensuite. Quelques instants plus tard, on le retrouve, la mine innocente, en tête du défilé, entre le président malien et le premier ministre israélien. La scène ne passe pas inaperçue. On sait l’ex-président rapide, mais quand même. Le site de Paris Match s’en amuse et titre «Comment Nicolas Sarkozy s’est invité sur la photo», laissant entendre que l’ex-président a joué des coudes pour être immortalisé aux côtés des grands de ce monde. Quelques minutes après, le site de Paris Match se rétracte. L’article est modifié, le titre aussi. «Les coulisses d’une photo officielle» explique comment Nicolas Sarkozy a été «propulsé par la cohue» et s’est fortuitement retrouvé à côté de François Hollande.

Cet incident a immédiatement inspiré la Toile et ouvert les vannes d’une déferlante de photomontages à partager sur Twitter sous le mot dièse #JeSuisSarko ou à découvrir sur le compte tumblr qui a produit parmi les images les plus drôles de la semaine. Voilà comment un petit couac devient un grand buzz. C’est ce que l’on appelle l’effet Streisand, du nom de la star qui a porté plainte en 2003 pour que ne soit pas publiée une vue aérienne de sa villa, image prise dans le cadre d’une enquête sur l’érosion du littoral. Ce qui n’était qu’une photo de cadastre prend alors valeur d’image interdite, et décolle sur le Web.

On ne dupe pas les internautes. Sarkozy l’apprend à ses dépens. En manteau et cravate noirs, silhouette à la Magritte, il joue désormais les Forrest Gump de la Toile, s’incrustant dans les grands moments de l’histoire, l’anticipant même puisqu’il a réussi à se faufiler dans le turban du prophète à la une du Charlie Hebdo d’aujourd’hui. Son obsession d’être partout trouve son acmé dans une photo où on le voit, alors président de la République, en train de serrer la main de Kadhafi tandis que son double – Paul Bismuth, son pseudo téléphonique? – savoure cette rencontre derrière un buisson de l’Elysée.

Nicolas Sarkozy a souvent été la cible de détournements. En septembre, il apparaissait, la tête collée sur le torse velu de Michel Piccoli, aux côtés de Brigitte Bardot dans une parodie du Mépris de Godard. On connaît le dialogue de la fameuse scène: tu aimes mes fesses? Et mes seins tu les aimes? Là, B. B. lui demandait: tu l’aimes ma voix? Sarkozy lui disait oui, trop heureux de siphonner le FN.

Publicité