L’agence d’exploration spatiale japonaise (Jaxa) a annoncé mardi «avoir confirmé la présence de 1500 particules d’astéroïde» dans les échantillons rapportés par la sonde Hayabusa après une mémorable épopée interstellaire. C’est la première fois que des matières d’un corps céleste autre que la Lune sont rapportées sur Terre.

«Après analyse de poussières présentes dans la collecte, nous avons constaté que presque toutes étaient extraterrestres et avons abouti à la conclusion qu’il s’agissait de particules provenant de l’astéroïde Itokawa», vieux de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d’années, a expliqué la Jaxa dans un communiqué.

Les 1500 particules en question ont toutes une taille inférieure à 10 microns, ce qui exige l’exploitation de technologies spéciales pour procéder à des analyses plus poussées, a par ailleurs indiqué l’agence. «Nous espérons qu’en poursuivant les analyses des poussières d’Itokawa, nous apporterons une nouvelle contribution à la compréhension de l’origine du système solaire», a conclu l’agence japonaise.

La capsule de Hayabusa, récupérée en juin dernier dans le désert australien après un voyage de sept ans et six milliards de kilomètres parcourus dans l’espace, a été confiée mi-juin au centre de recherche de Sagamihara, situé à Kanagawa (ouest de Tokyo). Hayabusa était entrée en contact avec Itokawa en septembre 2005. Avant de rapporter la capsule contenant la précieuse collecte sur Terre, la sonde avait dû faire face à de nombreux ennuis techniques, dont des pannes de moteurs, des défaillances de batteries et les caprices du système de prélèvement de poussières d’Itokawa.