Urs Schaeppi hérite d’une Rolls-Royce. Le nouveau directeur de Swisscom, nommé de manière définitive le 7 novembre dernier, n’a aucun souci à se faire à court et à moyen terme. Alors, certes, l’opérateur voit son chiffre d’affaires légèrement rogné, chaque année, par des baisses de prix sur ses marchés classiques et via des réductions pour les tarifs d’itinérance. Mais hormis cela, avec une concurrence bien inoffensive, il y a bien peu à craindre.

S’il ne fallait qu’un exemple à donner pour le prouver, le courriel d’information reçu jeudi passé en est une jolie preuve. Dans sa «Swisscom TV-Newsletter», l’opérateur ne se borne pas à faire la promotion des derniers films disponibles ou du prochain match de football entre Sion et Zurich. Swisscom met aussi en avant les cours, pour débutants, qu’il donne pour son service de télévision. Et ce afin d’apprendre à utiliser les fonctions de la télécommande, le TV Guide, savoir comment enregistrer, utiliser la fonction «live pause»… Le cours dure deux heures, dans des salles aménagées dans les magasins Swisscom et le nombre de participants est limité à huit.

Jusque-là, rien de surprenant. Sauf que Swisscom, si sûr de sa force, fait payer ces cours: compter 30 francs pour deux heures. Ou 15 francs jusqu’en février, une promotion valable pour tous les autres cours aussi. Alors, certes, les montants demandés sont modiques. Mais symboliquement, que Swisscom fasse payer des cours pour utiliser ses propres services a quelque chose, tout de même, de légèrement surréaliste.