court-circuit

Taylor Swift vs Spotify

Le combat de la chanteuse américaine contre Spotify risque de tourner court

Court-circuit

Taylor Swiftvs Spotify

A première vue, l’histoire a tout du conte de fées moderne. Avec une princesse se battant contre la tyrannie d’un des acteurs majeurs d’Internet. La «princesse», c’est Taylor Swift. La chanteuse américaine à succès vient de battre un nouveau record. Son récent album 1989 s’est écoulé à 1,287 million d’exemplaires en une semaine aux Etats-Unis, du jamais-vu depuis… douze ans. Pour voir de pareils chiffres, il faut en effet remonter à 2002 et un album d’Eminem. Forte de ce record, Taylor Swift – et son équipe marketing – ont pris la semaine passée une décision radicale: retirer tous ses titres (sauf un) du service de streaming payant Spotify. Ainsi, 1989 n’aura jamais été proposé à la location sur Spotify.

A priori, le raisonnement de Taylor Swift tient la route: pourquoi cannibaliser ses ventes d’albums avec un service qui lui rapporte entre 0,00029 et 0,0038 dollar (les estimations varient) par titre. En face, Spotify joue la carte de l’humour sur son blog en la suppliant de revenir, arguant que 16 de ses 40 millions d’utilisateurs ont écouté des titres de la chanteuse ces trente derniers jours. Et Taylor Swift figure sur pas moins de 19 millions de playlists.

Mais Spotify ne restera pas longtemps à genoux. Car Taylor Swift est une exception dans le monde musical. Et à terme, l’accélération vers la dématérialisation des supports risque fort de contraindre tous les artistes à jouer les règles du jeu (très dures) des services de streaming.

Publicité