Eclipsé des radars médiatiques par l’annonce d’Apple concernant son iPad, le Nexus One était presque tombé dans l’oubli de ce côté-ci de l’Atlantique. Lancé le 5 janvier aux Etats-Unis, le téléphone de Google est pourtant disponible depuis quelques jours en Suisse via le distributeur Digitec. Sans doute bientôt commercialisé directement par Swisscom, Orange et Sunrise, le Nexus One mérite un test d’envergure. Ouvrons le carton.

Premières impressions

Google a eu raison de mettre son nez dans les laboratoires du fabricant de portables HTC, pour exiger de la firme taïwanaise un téléphone des plus aboutis. Le Nexus One est une réussite esthétique majeure, tant par son design arrondi que par son dos mat sur lequel les doigts ne glissent pas. Impossible de ne pas le comparer à l’iPhone: il possède quasiment le même volume pour un poids similaire (130 gr contre 135 pour le portable d’Apple). Google a eu l’intelligence de fournir une petite pochette de protection.

La qualité de l’écran impressionne immédiatement. Certes, il est légèrement plus grand que celui de l’iPhone (3,7 pouces de diagonale contre 3,5 pouces), mais c’est surtout par sa résolution qu’il fait la différence: avec un écran de 800x480 pixels, il offre une qualité de détails nettement meilleure que celle proposée par les 480x320 pixels du mobile d’Apple.

La prise en main

Un bouton sur le haut pour l’allumage, deux petits sur les côtés pour augmenter ou baisser le volume sonore, rien que du très classique. Sous l’écran, cela se gâte un peu. Les quatre boutons virtuels (retour en arrière, menu, retour à l’écran de départ et recherche) sont peu réactifs et demandent parfois deux clics avant d’obtempérer, ce qui peut agacer. Sous ces boutons, une sorte de petite molette similaire à une bille (que l’on retrouve sur certains BlackBerry) laisse songeur: elle possède un peu de jeu et réagit mal aux commandes.

Google a voulu insérer un processeur rapide de 1 GHz dans le Nexus One, et bien lui en a pris. C’est le mobile le plus rapide de sa génération et le temps d’attente entre les applications est quasiment nul. Cette qualité essentielle, combinée à un excellent ­accéléromètre qui permet de basculer rapidement en mode ­horizontale, est un atout de taille. A noter que le basculement en mode horizontal ne s’effectue, étrangement, que vers la gauche…

Internet

Naviguer sur le Web est ainsi un réel plaisir: par la qualité de l’affichage, la taille de l’écran et le chargement très rapide des pages. Meilleur que l’iPhone dans ce domaine, le Nexus One souffre cependant, dans cette version, de l’absence de multitouches: pour zoomer et dézoomer, il faut soit double-cliquer, soir utiliser les boutons de zoom. Dommage, mais ce manque pourrait être corrigé lors de la prochaine version de ce mobile.

La messagerie

Directement configurée, la messagerie Gmail de Google est très efficace et permet de lire et composer très rapidement des messages. Bien sûr, il est aussi possible d’utiliser facilement un compte Yahoo! ou Hotmail, par exemple, comme sur l’iPhone.

Le divertissement

Le système d’exploitation Android progresse rapidement pour permettre désormais une utilisation conviviale d’applications de divertissement. Le choix d’une chanson s’effectue simplement, l’affichage des pochettes d’albums est rapide et la qualité sonore est bonne. Même chose pour les photos et vidéos. Le Nexus One est d’aileurs pourvu d’un bon capteur d’une résolution de cinq millions de pixels et doté d’un flash LED. La qualité des clichés et des vidéos est tout à fait correcte. L’intégration facilitée de Picasa – le service de photos de Google – permet de voir et de charger des clichés en ligne avec beaucoup de simplicité. Le visionnement de ses photos en ligne en mode diaporama est une réussite.

De mieux en mieux fourni, le magasin en ligne (Market) permet d’acheter ou de télécharger gratuitement des applications similaires à celles présentes sur l’iPhone.

La recherche

Commençons par la recherche vocale, une nouveauté: mani­festement, elle a pour l’heure été conçue pour des anglophones, tant les recherches en français ne fonctionnent pas. Dommage. La recherche au sein des messages de Gmail est simple, mais curieusement, celle au sein des autres messageries semble absente.

Le prix

Sans abonnement, Digitec vend le Nexus One 829 francs. C’est cher (nettement plus que les 529 dollars demandés aux Etats-Unis), mais il est possible de faire baisser ce prix de plusieurs centaines de francs en concluant, toujours via Digitec, un abonnement auprès de l’un des trois opérateurs nationaux.

Conclusion

Excellents affichages et réactivité, batterie (amovible) d’une capacité similaire à celle de l’iPhone, amélioration du système d’exploitation: ce Nexus One tient sans problème la comparaison avec l’iPhone et le surpasse même dans plusieurs domaines.