Ces appareils ont longtemps été le cauchemar des opérateurs télécoms. Trop lourds, peu pratiques, dotés d'une batterie à l'autonomie ridicule, les téléphones mobiles de la troisième génération étaient d'une qualité si mauvaise qu'aucun opérateur n'osait les présenter à ses clients. Mais les temps changent. Swisscom a ainsi dévoilé mardi dernier deux téléphones UMTS, l'un de Sony Ericsson, l'autre de Motorola (LT du 17.11.04). Un troisième, fabriqué par Sharp, sera disponible en janvier prochain.

Deux téléphones pour utiliser une nouvelle technologie permettant d'effectuer des appels en visiophonie et de regarder la télévision, c'est bien sûr très peu. D'autant que Vodafone, partenaire de Swisscom, propose déjà quatre appareils UMTS en Grande-Bretagne. Mais tant le mobile Sony Ericsson que le Motorola permettent déjà d'utiliser les nouveaux services de Swisscom. Ils permettent aussi de se faire une idée des prix de ces appareils de la troisième génération, qui sont finalement tout à fait comparables aux appareils actuels sophistiqués.

Les services, par contre, sont onéreux. Compter en effet 8 francs pour deux heures de télévision (10 chaînes disponibles), entre 50 cts et 6 francs pour une vidéo, et 12 francs pour un jeu. La bonne surprise vient du prix des appels en visiophonie. Ils sont au même prix que les appels vocaux d'ici au 31 janvier 2005 – ensuite, le prix à la minute reste à déterminer. De plus, les packs proposés sont avantageux. Les abonnés de l'offre Natel swiss pourront payer 45 francs par mois pour 120 minutes de visiophonie, soit un coût à la minute de 37,5 cts. Un tarif très abordable, d'autant que ce pack de 120 minutes pourra aussi être utilisé pour de simples communications vocales.

Avant que Nokia ne dévoile ses dix téléphones UMTS promis pour 2005, voici un test des deux appareils proposés par Swisscom.