test

Les téléviseurs à écran incurvé et les beamers haute définition se démocratisent

Des projecteurs à moins de 1000 francs sont sur le marché. Les écrans incurvés se multiplient

Les téléviseurs à écran incurvé et les beamers haute définition se démocratisent

Image Des projecteurs à moins de 1000 francs sont sur le marché

Les écrans incurvés se multiplient

Le temps où les projecteurs (beamers) offrant une image en haute résolution étaient hors de prix est révolu. Depuis plusieurs mois sont apparus sur le marché des appareils coûtant moins de 1000 francs et offrant une image de qualité. Parmi eux figure le modèle W1070 de Benq, prêté par Digitec dans le cadre de ce test. Il coûte 788 francs.

Pourquoi, d’abord, opter pour un beamer? Pour la taille de la surface de projection, d’abord. Que ce soit sur un mur blanc, ou, encore mieux, sur une toile, l’on atteint facilement une diagonale d’écran de 3 mètres, alors que celle des téléviseurs standard est aujourd’hui d’environ 125 centimètres. On se rapproche ainsi d’une ambiance et d’une qualité cinéma. De plus, le prix d’un beamer de qualité est aujourd’hui deux fois moins conséquent que celui d’un téléviseur standard.

Si l’on dispose d’une surface de projection conséquente, le beamer doit obligatoirement proposer des images en haute définition. Le modèle W1070 de Benq, dont la qualité se rapproche par exemple du Acer H9500BD ou du Sony VPL-HW15 – mais à un prix deux fois inférieur – fonctionne avec la technologie DLP et propose une résolution Full HDD 1080p.

L’utilisation du projecteur, qui pèse 2,65 kilos, est relativement simple, avec les commandes se trouvant sur le haut de l’appareil. La connectique, sur le dos du beamer, est particulièrement complète pour un appareil de cette gamme de prix. L’on y retrouve non pas un, mais deux connecteurs HDMI, ce qui est appréciable. Il y a également des entrées VGA, Composite, mini-USB et S-Vidéo. Avec, en plus, une entrée et une sortie audio classique.

Placé à environ trois mètres d’un mur, le beamer offre une image de quelque 2,70 mètres de diagonale. Côté luminosité, Benq promet 2000 lumens, ce qui est dans la moyenne – 3000 auraient été préférables. Du coup, la luminosité est bonne, mais il faut tout de même que la pièce soit partiellement obscurcie pour que le visionnement puisse se faire dans de bonnes conditions.

La correction du trapèze est bonne, l’on peut poser le beamer sur une table basse, à peu de distance du mur de projection et l’image n’est pas tordue. Il n’y a pas besoin de beaucoup de recul non plus.

Le ventilateur fait passablement de bruit. Cela ne pose pas de problème pour suivre un match de football, mais cela peut se révéler agaçant pour un film autre qu’action. Du coup, on est tenté de mettre le beamer dans son dos pour réduire le bruit. Le ventilateur chauffe par ailleurs passablement.

Le mode 3D n’a pas été testé. Mais selon plusieurs articles de sites spécialisés, le rendu des effets est particulièrement réussi.

En résumé, un beamer de ce type peut être une option très intéressante pour qui possède un salon avec une certaine place, ainsi qu’un mur blanc ou une toile.

Le prix d’un beamerde qualité est deux fois moins élevé que celui d’un téléviseur standard

Publicité