Les six derniers candidats de Star Academy avaient le droit de passer le week-end en famille, hors du château qui sert de décor depuis le début du jeu. Dimanche soir, c'était le retour en chambres, comme à l'armée. Les téléspectateurs ont donc vu hier les apprentis artistes de variété rentrer, les uns après les autres, baluchon sur l'épaule, le sourire accroché au visage.

Le dernier à ouvrir la porte a été Houcine. Les deux jours chez papa maman ont été bons. En se lovant doucement dans un canapé que l'on devinait très moelleux, il lâche pourtant un surprenant «la maison, c'est tellement petit par rapport au foyer!» Et là, pour la première fois de ma vie, j'ai envié la personne dans le poste.

La première saison de Loft Story mise à part, je n'ai pas suivi les émissions de real-TV régulièrement. Le même dédain que celui affiché par bon nombre de commentateurs, certainement: se croire plus intelligent que ce que l'on regarde. Et puis hier, je l'ai envié, le Houcine affalé au milieu des hauts murs violets et orange vif de son château. Le mépris des critiques ne vient-il pas de là: une bonne grosse jalousie que l'on n'ose pas s'avouer?

Non, je n'ai aucune envie d'entamer une carrière de chanteur. Mais le château épargne de tout ce qui rend la vie dure. Hier, on annonçait aux candidats que seul le public élirait désormais le partant. Les six ont dit «d'accord». Cette procédure les arrange: plus de choix à faire eux-mêmes. Il est des soirs où l'on se dit qu'il doit être bon de se sentir protégé comme un candidat d'émission de real-TV.