Cri d'une amie: «C'est quoi une femme au foyer pour la TSR?» Et irruption d'une idée: se mettre dans la peau de la femme au foyer, de 8 à 19 heures, avec les programmes de TSR1. Au premier coup d'œil, ce n'est pas la «ménagère» de ce lundi qui fera augmenter la redevance: sans compter le 12 h 45 (pic intellectuel du jour), il y a là dix séries allemandes ou américaines et une émission «sociétale» française (C'est mon choix). Il faut du courage pour s'engager dans ce tunnel abandonné. Ou alors faut-il une ligne critique… La violence et le porno sont actuellement passés au crible pour protéger les enfants? Bien, voyons si cette dame statistique mais certifiée par les pubs de la journée (balais, détergents, lessives, etc.) est elle aussi protégée.

Le ton est donné (8 h 35) puis clos (18 h 20) par la série Top Models. Toute la journée, les hommes seront pleutres et les femmes frustrées. Un vrai feu roulant de violences conjugales: filles battues (Diagnostique, meurtre); aveux troublants («J'ai parlé au registre du commerce: il ne gagne rien à tuer sa femme», entend-on dans Rex); ou consœurs ridiculisées («Je veux, dit un participant de C'est mon choix, que vous relookiez ma copine, parce que j'aimerais la voir en féminin!»).

C'est à se demander pourquoi le plantage de couteau (de cuisine, bien sûr) n'est pas plus répandu, dans les foyers romands, en fin de journée. Suffit-il d'une unique tranche comique pour calmer les esprits? Elle a lieu à 12 h 15: il s'agit d'une sitcom américaine qui s'appelle Tout le Monde aime Raymond. Comme le directeur des programmes, Raymond Vouillamoz.