astuces

Trois bons mots de passe, avec une pincée de % * _ $

Jan Saggiori, expert en sécurité informatique à Genève, conseille les quelques astuces qu’il utilise lui-même pour protéger ses activités numériques

Jan Saggiori, expert en sécurité informatique à Genève, conseille les quelques astuces qu’il utilise lui-même pour protéger ses activités numériques. La première règle d’or est de ne pas écrire ses mots de passe. Ni sur un post-it ni dans un fichier enregistré sur son ordinateur. Si des pirates sont bien susceptibles de surveiller incognito votre connexion depuis le Nigeria ou l’Europe de l’Est, reste que les cas d’intrusion les plus fréquents sont ceux commis par des collègues ou des personnes proches tombées «par hasard» sur la liste de vos sésames. Pour Jan Saggiori, un «utilisateur lambda» peut se considérer en sécurité avec une variation de trois ou quatre mots de passe, en en cloisonnant l’usage. Dans le lot, un seul servira aux comptes les plus anodins comme les forums ou les abonnements à des sites d’information.

Les autres ne seront utilisés que pour les services critiques, les sites de e-commerce, de banque, ou ceux qui enregistrent votre numéro de carte de crédit, comme certains sites de réservation de billets d’avion.

Un bon mot de passe se compose de plus de 8 caractères, et comprend obligatoirement des majuscules, des chiffres et des caractères spéciaux comme +, –, * ou %.

L’expert déconseille en outre l’usage de logiciels type «gestionnaire de mots de passe», qui reviennent à protéger tous ses sésames par un seul.

Publicité