Vu hier soir sur TSR2, entre les cours de suisse-allemand et le Corniaud, un «O.T.N.I» (objet télévisuel non identifié). C'est du moins l'impression qu'on avait en passant par-là par hasard et qui plus est hors limite d'âge. L'objet – marqué «jeune» – surprenait par son nom dans le programme: «Les Trottinators». L'émission circulait-elle à trottinette? Ou alors était-ce – comme «Terminator» – un monstre vengeur?

Extraits des propos tenus par les deux animators (euh… teurs) Sylvain et Garci: «Se battre contre les forces de l'ombre, c'est pas chose facile parce qu'il y a beaucoup de monstres…» «Il a dû affronter le chef des extraterrestres». «On va essayer de retrouver la mémoire». Quouaaa? s'écrie intérieurement le téléspectator! Mais, malgré son grand âge, il finit par comprendre.

On parle ici – extraits à l'appui – play-stations et jeux informatiques. Certains sont beaux. Pour «Shogun, Total war» défilent de vieilles peintures japonaises, pour «De sang-froid», un jeu d'espionnage, une troublante figure de madone apparaît dans un liquide rouge.

Mais ce que le non-initié retient, c'est Laura. Une petite fille sérieuse, imperturbable, loin des pin-up des autres chaînes, qui vient chaque fois, sagement, faire un tour devant la caméra en présentant fugitivement l'enveloppe du jeu… Un moment très doux, comme suspendu… entre deux séquences de massacres virtuels.