Un premier virus programmé pour les agendas électroniques Palm Pilot a été identifié. Il s'agit d'une version gratuite de Liberty, une application ludique populaire parmi les possesseurs Palm, selon le site d'information CNet.

Le virus est de type «cheval de Troie»: il s'introduit dans le système d'exploitation pour en prendre le contrôle et en altérer les données. Les dommages causés par ce virus sur les Palm n'ont pas encore été identifiés. Il circule dans les différents sites de discussion et d'échange fréquentés par les propriétaires de ce genre d'assistant personnel. Mais la fonction de téléchargement d'un Palm à un autre par infrarouge («Beam») facilite également la circulation de ce programme mal intentionné.

La société qui commercialise les Palm Pilot reconnaît l'existence de ce virus mais souligne qu'il ne cause selon elle pas de dégâts irréversibles à la machine qui peut être réactivée même après avoir subi une attaque virale. La compagnie ne compte pas informer directement ses clients sur ce problème: «Nous ne considérons pas cela comme une menace pour eux», a dit une porte-parole à CNet.

Le signe de la réussite

Selon un analyste du groupe Gartner, l'apparition d'un tel programme est le signe que Palm est devenu une force importante sur le marché. Et les cas de virus de ce type vont se reproduire, prédit l'expert. Les produits Palm représentent environ 75% du marché des ordinateurs de poche. Mc Afee, fabriquant d'antivirus, a sorti le mois dernier son premier programme spécialement destiné aux assistants personnels. L'entreprise anticipait, selon ses dires, la multiplication de virus, conséquence inéluctable, disait-elle, de la popularité grandissante du Palm.