Il semble bien cruel de devoir choisir un seul livre de ma vie.A chaque âge, il est des ouvrages marquants qui peuvent inspirer des rêves, des envies, des désirs, des angoisses ou des complexes.

Les Souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol m’avaient donné l’amour de la rédaction en me rappelant que l’art de raconter des histoires vraies n’est pas donné à tout le monde… Quelques grands auteurs français et russes m’ont marqué, tout comme plusieurs romanciers anglais ou américains. Mais j’ai choisi un livre enchanteur, L’Ombre du vent, qui est justement un éloge à la littérature. Publié en 2001, ce roman de Carlos Ruiz Zafón retrace, avec talent, tendresse, amour et suspense, un récit captivant sur la trame historique d’une Espagne tourmentée par la guerre.

La vie du personnage principal (qui se prénomme Daniel) sera bouleversée par la découverte d’un cimetière de livres disparus, une bibliothèque mystérieuse, un lien aussi magique que secret. Il devra choisir un ouvrage à préserver, celui d’un énigmatique auteur, Julián Carax. Ce sera le début d’une aventure à la fois tragique, touchante et fantastique. Avec un étrange personnage au visage effroyable, qui tente de brûler tous les écrits de l’intrigant Julián Carax.

J’ai été séduit par le style, le rythme et l’imagination de Zafón. La réalité se mêle à l’imaginaire et la fiction inspire le rêve. Un magnifique roman que j’ai offert à de nombreux amis.