Mass Effect 3

Une galaxie à portée de manette

Testé sur PS3. Disponible également sur XBox 360 et PC

Jeu d’action, de tir et de rôles, le troisième volet de la série «Mass Effect» promettait une expérience totale: il n’en est - à quelques défauts près - pas très loin. L’univers créé par le studio Bioware reprend l’héritage des prédécesseurs directs du jeu: l’humanité et les civilisations extraterrestres auxquelles elle est associée sont sous la menace d’un ennemi commun, les Moissonneurs. Ceux-ci, de grosses machines patibulaires mais douées d’une redoutable intelligence, font leur apparition tous les 50 000 ans dans la galaxie pour y semer la destruction. Le but du jeu, on l’aura compris, sera de mettre fin à cette impolitesse.

Une bonne part de la réussite de la mission reposera sur vos épaules. Vous avez le nom de Sam Shepard, vous connaissez bien les Moissonneurs pour vous y être frottés par le passé et votre rôle - en deça de mener la contre attaque - sera de récolter suffisamment de soutien politique, d’armes, de financements et de combattants pour permettre à la résistance de s’organiser.

En alternant les séquences d’action et de négociation, le jeu prend déjà une ampleur supplémentaire. Mais celle-ci se voit encore étendue - et dans quelles proportions! - par le foisonnement des intrigues principales et secondaires auxquelles vous pouvez choisir de vous intéresser ou non, ainsi que par les dimensions proprement galactiques de l’aire de jeu. Ce dernier point est majeur: le monde fictif de «Mass Effect», avec ses multiples civilisations, ses planètes à chaque fois individualisées, ses villes, les coutumes de leurs habitants, leurs idiomes (etc...) est un modèle d’immersion comparable à celui des meilleurs cycles de la science-fiction. On se perd avec délices dans le dédale ainsi offert au joueur.

«Mass Effect» est un must: seuls quelques désolants problèmes d’illustration dus à un moteur graphique un peu poussif tempèrent notre enthousiasme.

Note: 4 sur 5

Publicité