Pakistan

Une guerre des drones improductive et dangereuse

Washington l’admet d’autant moins facilement que son programme de drones échappe à tout contrôle démocratique, mais ses drones tuent des civils. Entre juin 2004 et septembre 2012, jusqu’à 881 civils pakistanais auraient péri dans des frappes sur un total de 3325 tués

Il est nécessaire et urgent que les Etats-Unis redéfinissent leur stratégie en matière de drones au Pakistan . Telle est la conclusion de «Vivre sous les drones», une étude publiée le mois dernier par les facultés de droit des universités américaines de Stanford et NYU. D’après ce document, fruit de neuf mois d’enquête , auprès d’experts et de Pakistanais vivant dans les zones tribales affectées, l’idée en vogue selon laquelle les drones participent d’une plus grande sécurité aux Etats-Unis, grâce à leur précision chirurgicale, tout en engendrant un minimum de dommages collatéraux est une fable.

Washington l’admet d’autant moins facilement que son programme de drones échappe à tout contrôle démocratique , mais ses drones tuent des civils. Entre juin 2004 et septembre 2012, jusqu’à 881 civils auraient péri dans des frappes sur un total de 3325 tués. Seules 2% des personnes abattues seraient en réalité des cibles de «haut niveau». Les communautés ciblées sont soumises à un stress traumatisant , ajoutent les auteurs. Pour eux, cette campagne pèse lourdement sur le lien entre les deux pays: 74% des Pakistanais considèrent aujourd’hui les Etats-Unis comme leur ennemi.

Publicité