Les salaires devraient augmenter en moyenne de 1% en Suisse en 2014, selon Travail.Suisse. La centrale des syndicats estime toutefois que les résultats des négociations salariales pour 2014 sont mitigés et «à peine satisfaisants». Selon les branches, les résultats varient d’un gel des salaires à une hausse de 2,5%.

L’augmentation devrait concerner les bas revenus en premier lieu, plusieurs branches ayant accepté une CCT incluant pour la première fois un salaire minimum. C’est le cas de l’industrie suisse des machines, des équipements électroniques et des métaux (MEM).

L’organisation faîtière des syndicats relève également une augmentation des revenus minimums chez quelques détaillants, des ajustements salariaux à La Poste, ainsi que dans l’hôtellerie-restauration. Un secteur qui garantit «une sécurité pour les employés», tout comme dans la boulangerie-pâtisserie-confiserie, souligne la faîtière.

Inégalités homme-femme

Travail.Suisse relève également les différences de genre qui persistent. Les négociations salariales visant à instaurer l’égalité salariale entre hommes et femmes «ont été totalement décevantes», regrette-t-elle. Les revendications pour une prise en compte spécifique des rémunérations des femmes dans les discussions sont «restées lettre morte».

Les partenaires sociaux disposent de moyens limités pour agir en ce sens, critique-t-il. Mais «la politique n’échappera pas à des mesures et des propositions de solutions plus incisives», telles que «des contrôles automatiques pour l’égalité des salaires».