Même si la Fête des Vignerons est un événement marquant de la région veveysanne, les médias locaux de la Riviera n'ont pas obtenu de traitement privilégié de la part des organisateurs. C'est même le contraire. Dans le domaine de la presse écrite, c'est au groupe lausannois Edipresse et à son principal titre

24 heures qu'a été attribué le titre officiel de «Compagnon de la Fête». Comme les cinq autres partenaires, Edipresse a versé pour cela une contribution d'un million de francs. Pourtant, le principal quotidien de la Riviera n'est pas 24 heures mais La Presse, journal édité par l'imprimeur montreusien Jean-Paul Corbaz. Ce dernier contrôle également la télévision régionale Ici-TV. Or, c'est la SSR qui a décroché (pour un million de francs également) le titre de «Diffuseur officiel de la Fête» et donc l'exclusivité radio-TV.

Depuis sa création, Ici-TV se fait un point d'honneur à ne jamais collaborer avec la TSR, contrairement aux autres chaînes régionales romandes. Sur la Fête des Vignerons, Ici-TV a déjà réalisé ces derniers mois plusieurs émissions spéciales. Et depuis lundi, elle produit chaque jour une émission quotidienne de 50 minutes, rediffusée en boucle et qui est reprise par trois autres télévisions régionales romandes: Léman Bleu à Genève, TVRL dans la région lausannoise et Canal 9 en Valais. Costa Haralambis, directeur d'Ici-TV, regarde avec un sourire l'arrivée massive de la TSR à Vevey. «Ils ont effectivement de gros moyens, mais nous bénéficions de notre présence ici tout au long de l'année et des contacts personnels privilégiés que nous avons avec les gens de la Fête.»

Si Ici-TV ne peut diffuser que quelques minutes du spectacle qu'a consenti à lui céder la TSR, Costa Haralambis s'est quand même fait un malin plaisir à installer une petite caméra fixe qui offre une vue complète de la place du Marché, où ont été édifiées les arènes. «Notre but, explique-t-il, n'est pas de voler des images du spectacle. Cette caméra, installée depuis le mois de janvier, montre tout ce qui se passe sur la place. Elle prend des images fixes régulièrement et nous ferons ensuite un film qui montrera l'évolution de la place sur plusieurs mois. Elle nous sert aussi de webcam pour diffuser des images sur notre site Internet (www.icitv.ch). Enfin, nous utilisons quelques secondes de ces images sur Ici-TV.» Au début, la TSR a voulu couper cette caméra, mais un accord a finalement été trouvé.

Côté presse écrite, 24 heures espérait bien profiter de son statut de «Compagnon» pour tenter de grignoter quelques parts de marché à La Presse. Rédacteur en chef du grand quotidien vaudois, Jacques Poget estime que l'effort particulier consenti sur la Riviera porte déjà ses premiers fruits. «Les gens se rendent compte que nous en faisons plus sur leur région, et cela tout en conservant notre indépendance rédactionnelle à l'égard des organisateurs de la Fête.» Du côté de La Presse, le rédacteur en chef Pierre-André Lüginbuhl estime que 24 heures en fait moins qu'avant sur la région. «Je pensais qu'ils seraient plus présents. Même Le Matin en fait actuellement plus qu'eux. Ils font des efforts de promotion, mais sur le plan rédactionnel, je n'ai pas de soucis.» La Presse publie dès ce matin et jusqu'à la mi-août un supplément quotidien de huit pages.

L'éditeur Jean-Paul Corbaz estime pour sa part qu'il lui était impossible de payer le million de francs qu'Edipresse a versé pour devenir «Compagnon». Et si le groupe lausannois a obtenu l'édition du très rentable livre officiel de la Fête qui sortira dans quelques semaines, Jean-Paul Corbaz imprime lui un autre ouvrage, Au cœur de la Fête, coédité par Ringier et Pierre-Marcel Favre, dont la sortie est prévue lundi.

Du côté des radios, Radio Chablais bénéficie de sa collaboration avec la RSR. Cette dernière souhaitait en effet lancer un programme particulier pour la Fête, Radio Arlevin (sur 103.3 FM). L'Office fédéral de la communication (Ofcom) lui a accordé une concession mais à condition de travailler avec une radio locale. «Nous avons de bonnes relations avec la RSR depuis longtemps, explique Nicole Tornare, chef d'antenne de Radio Chablais. D'où notre bonne collaboration avec Radio Arlevin. Nous profitons de leurs moyens et, en échange, nous leur prêtons notre territoire.»