protection des données

Vie privée: l’UE encourage à quitter Facebook

La Commission européenne, au cœur d’un procès sur la confidentialité des données personnelles des Européens transmises à des services en ligne américains, incite les citoyens à fermer leur compte Facebook s’ils veulent protéger leur sphère privée

Quittez Facebook si vous tenez à votre vie privée! C’est en substance la solution radicale proposée par la Commission européenne devant la Cour de justice de l’UE (CUJE) face à l’appétit grandissant des géants américains du Web pour les données personnelles des Européens. Cette déclaration choc émane de Bernhard Schima, avocat de la Commission européenne à l’heure où la CUJE discute le cas de Maximilian Schrems.

Cet étudiant en droit autrichien et ardent défenseur de la sphère privée mène une bataille juridique contre le commissaire irlandais à la Protection des données – l’Irlande étant le siège européen de Facebook. Le jeune homme de 26 ans refuse que ses données Facebook, Skype, Microsoft, Google et Yahoo! soient transmises aux Etats-Unis. Et donc accessibles aux services de renseignement.

Au cours de la première audience de l’affaire Schems, Bernhard Schima a admis face au procureur général de la Cour de justice de l’UE qu’en l’état actuel, la législation «ne peut pas garantir une protection adéquate des données des citoyens européens […]. Vous devriez songer à fermer votre compte Facebook, si vous en avez un».

Le constat de Bernard Schima traduit la défiance de l’Union européenne face aux géants américains du Web. Il remet surtout en question l’efficacité du Safe Harbor, soit les principes de protection des données personnelles négociés entre les autorités américaines et la Commission européenne en 2001.

Le Safe Harbor autorise entre autre la transmission des données personnelles des Européens vers les Etats-Unis dès lors que les entreprises américaines s’engagent à respecter un certain nombre de principes de protection. Mais un bouclier bien fragile face aux passe-droits de la NSA. Le verdict dans l’affaire Schrems sera rendu en juin.

Publicité