Sites-mémoire Wayback Machine

Pendant trois semaines, découverte de sites web qui font référence

Rien de plus volatil qu’un site internet: comment se présentait-il il y a huit ou quatorze ans? A moins qu’il n’ait bougé d’un iota, comment le savoir? Grâce à une fondation américaine, l’Internet Archive (http://archive.org/web/web.php). Elle se fixa, il y a seize ans, la mission d’archiver la Toile. A l’heure où l’on écrit, ce sont près de 150 milliards de pages web qu’elle a ainsi saisies au vol… soit la bagatelle de six petaoctets de données. Sa machine à remonter le Web s’appelle la Wayback Machine, allusion à un dessin animé, Peabody’s Improbable History, où un chien savant et espiègle remonte le temps avec un sien élève. L’adresse numérique du site entrée dans la Wayback Machine et, hop, les pages telles qu’elles furent et ne sont plus apparaissent… Un coup de sonde chez les CFF, tel grand distributeur, Google: et l’on mesure combien modes et goûts ont changé. Vous en connaissez encore beaucoup de sites qui affichent leur nombre de visiteurs? Un gadget largement répandu alors. Quant à la joyeuse innocence qui prévalait sur la Toile, on ne s’en fera pas meilleure idée qu’en suivant les métamorphoses d’une page comme celle que proposait Yahoo! aux enfants. En 1999, elle s’intitulait sauvagement Yahooligans. En 2012 et quelques polissages plus tard, c’est devenu Yahoo Kids et cela affiche un guide d’apprentissage de la sécurité internet: autres temps, autres mœurs, y compris sur la Toile…