Patrimoine

Le nouveau parlement vaudois se dévoile: un phénix baigné de lumière

La reconstruction du bâtiment détruit par le feu en 2002 est à bout touchant. Il sera inauguré le 14 avril. Avec son maillage de matériaux, au carrefour des époques contemporaine et moyenâgeuse, le bâtiment est une réussite. Visite en avant-première

Le nouveau parlement vaudois est né du feu et baigne désormais dans la lumière. Au détour des ruelles pavées de la Cité lausannoise, le soleil s’engouffre en transparence dans la façade de verre qui fait office d’entrée. Son reflet vole sur les traces de l’histoire – ici, un mur de béton fait face aux pierres du XIe siècle – et rebondit sur le sol de cette ancienne rue datant du XIIIe siècle.

Dans l’entrée, l’espace résonne «et c’est bien ainsi: c’est le poids du pouvoir». Le conseiller d’Etat Pascal Broulis s’est transformé en guide pour la visite. Il n’hésitera pas, durant l’exercice, à allier métaphores architecturales et démocratiques. L’escalier anguleux, imposant, glacial par son métal sombre et chaud par ses marches de bois, monte vers la salle du trésor: l’autre nom du parlement. Juché sur les hauteurs de la ville, ce temple nouveau abritera d’ici à un mois le berceau des lois, le Grand Conseil vaudois.