Revue de presse

Emmanuel Macron est venu à Ouagadougou, «il a parlé, et après?»

Les médias africains demeurent assez sceptiques après le discours fleuve du président français, jugé démagogique et empreint de «condescendance»

L’amphithéâtre de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo était bondé, mardi. Huit cents étudiants du Burkina Faso occupaient les lieux, impatients de débattre avec le président français, Emmanuel Macron, qui y a tenu un discours de deux heures, appelant les Africains à résoudre eux-mêmes leurs problèmes. Ce, juste avant que ne s’ouvre ce mercredi en Côte d'Ivoire le cinquième sommet Union européenne (UE)-Union africaine (UA), qui se penchera principalement sur les questions d’immigration et de sécurité, avec l’ambition de donner un meilleur avenir à la jeunesse africaine.

Lire aussi: Face à l’Europe, les doutes de la jeunesse africaine