Neurosciences

Maladie d’Alzheimer: la piste des mitochondries

Une étude suisse, publiée dans «Nature», livre une cible inédite contre cette démence neurodégénérative. Les chercheurs ont boosté une réponse au stress mise en œuvre par les mitochondries, ces minicentrales à énergie de nos cellules

Une nouvelle cible vient d’être identifiée contre la maladie d’Alzheimer. Il s’agit d’une voie originale, jamais explorée jusqu’ici: elle se niche dans nos mitochondries, ces minuscules structures enfouies dans nos cellules. En forme de haricots, ces organites atypiques sont les «usines à énergie» de nos cellules. Chaque jour, ces stakhanovistes fabriquent l’équivalent de notre propre poids en molécules d’adénosine triphosphate ou ATP, ce précieux carburant cellulaire.

La découverte est publiée le 6 décembre dans la revue Nature, par une équipe de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Plusieurs études avaient déjà montré, dans les neurones de patients atteints d’Alzheimer, un fonctionnement altéré des mitochondries.