Scènes

A Genève, Cyril Kaiser fait fondre les cœurs

En montant «L’Ours» avec deux marionnettes style muppets, le metteur en scène redouble le trouble. Le public de L’Alchimic, à Genève, succombe au charme de ce quatuor qui finit transi

Un ours à deux têtes, ou plutôt à quatre têtes, pour faire fondre les cœurs! Cyril Kaiser, amoureux des marionnettes et de Tchekhov, redouble le trouble sur la scène de l’Alchimic, à Genève. D’un côté, le face-à-face rugueux d’une veuve et d’un créancier incarné par des poupées dans le style muppets, avec de grandes bouches qui clappent et des yeux allumés. De l’autre, le flash inattendu entre les deux manipulateurs, joués par Nicole Bachmann et Pierre-Isaïe Duc, qui vaut au public genevois le baiser hollywoodien le plus long de l’histoire du théâtre… Au bout, une jolie métaphore de l’amour plus fort que la colère et le remords.

Sacré Cyril Kaiser! Son enthousiasme et sa foi dans un théâtre lyrique et rieur en fait une exception dans la ville de Calvin. C’est que le metteur en scène vient du haut, de la Chaux-de-Fonds, et n’a rien perdu de sa candeur en devenant comédien à Genève et enseignant de diction.