Rétrospective

Ce qui reste quand on a tout oublié

L’année sportive fut riche, surprenante, foisonnante. Mais au bout du compte, plus que les statistiques, les titres et les records, ce sont bien les émotions et les rencontres qui font vivre le sport et lui donnent sa raison d’être. Petit florilège constitué au gré des reportages 2017 de la rédaction

29 janvier: Qui va gagner? 

La foule est surexcitée, presque en transe. Ce qui se passe plus bas sur le court de la Rod Laver Arena est à peine croyable. Roger Federer et Rafael Nadal bataillent depuis plus de quatre sets et trois heures; pourtant, impossible de savoir lequel des deux va gagner. Dans un sport comme le tennis, où les victoires se construisent point par point, c’est très rare. L’ambiance est complètement folle, sublimée par ce public australien connaisseur et sans parti pris. Dix fois, vingt fois, les pronostics sont déjoués, les balles de break sauvées. Federer s’impose sur les coups de minuit. La saison de tennis n’est vieille que de quinze jours, on ne revivra plus pareil moment de l’année. L. Fe