afd

En Allemagne, un message entre haine et censure

Un tweet anti-réfugiés du parti populiste AfD a été effacé par les réseaux sociaux, en vertu d’une loi entrée en vigueur le 1er janvier. L’affaire provoque des remous dans le pays.

L’affaire a commencé par un tweet de bonne année posté par la police de Cologne et orné d’une photo. La cathédrale de la ville et le pont voisin s’y détachent sur fond de feu d’artifice, assortis d’un texte souhaitant la «bonne année à tout le monde à Cologne, à Leverkusen et ailleurs». Le texte est rédigé en allemand, en anglais, en français et… en arabe.

Censure suivie d'une vive polémique

Cette dernière version – «une procédure habituelle», selon la police, pour se faire comprendre lors d’importants rassemblements tels que les matches de football, le carnaval ou les fêtes de fin d’année – a provoqué sur les réseaux sociaux une avalanche de messages haineux de la part du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD).