Tennis

Heinz Günthardt: «L’Open d’Australie sera déterminant pour Federer»

Heinz Günthardt suit le circuit comme consultant pour SF. A l’heure du Masters, l’ancien joueur analyse la hiérarchie et les perspectives pour le Bâlois en 2013

Le Temps: Roger Federer a réalisé une très belle saison. Mais il y a eu cette déception à l’US Open où il s’est laissé à nouveau piéger par Tomas Berdych…

Heinz Günthardt: Ce n’est pas si étonnant. Le jeu de Roger convient à Berdych. J’ai joué au golf avec Berdych. On a passé cinq heures sur les greens et on a parlé un peu de tennis. On a évoqué Rafael Nadal et sa finale contre lui à Wimbledon en 2010. Et il m’a dit: «Si Nadal est en forme, pour moi, il est impossible à jouer. Je préfère affronter Roger même s’il joue bien.» C’est une question d’opposition de styles. Quand Berdych joue contre Roger, il est persuadé qu’il a sa chance. J’ai eu peur pour Roger avant son quart de finale à l’US Open. Quand je vois Berdych dans sa partie de tableau, je me dis «Attention danger». Il a d’ailleurs remporté des matches contre lui il y a trois ou quatre ans qu’il n’aurait quasiment pas dû gagner parce qu’il était dominé. Après sa défaite cette année à l’US Open, certains ont parlé d’excès de confiance. Mais ce n’était pas ça, le problème. Contre Berdych, il sait avant la rencontre qu’il peut perdre et il a ça en tête dans les moments importants. Parfois, ça tourne à son avantage comme à Madrid, parce que le niveau de Berdych y a baissé un moment. Quand il l’affronte, Roger a conscience qu’il n’a pas tout sous contrôle.