Nostalgie de poids

Helmet rejoue Betty, son grand œuvre de 1994

Quatuor mythique s’il en est, Helmet explosa en 1992 sur la scène indépendante avec son deuxième album, Meantime (Interscope) : avec ses riffs paradoxaux – à la fois atteints de tangage et tirés au cordeau –, sa puissance de feu et sa sensibilité, le groupe du guitariste Page Hamilton rassemblait des choses que l’on voyait encore rarement coordonnées à l’époque : un son indéniablement metal, des structures qui allaient chercher du côté du math rock, et une forme d’émotivité pop. Deux ans plus tard, Helmet publiait son chef-d’œuvre, aussi intelligent que costaud : Betty, toujours chez Interscope. En 2014, on règle les rétroviseurs : le gang fête les 20 ans de son rejeton en le rejouant à travers toute l’Europe. Nostalgie certes, comme bien d’autres (The Young Gods avec L’Eau rouge, Godflesh avec Streetcleaner ou Pure, etc) l’ont fait avant eux : mais lorsqu’elle puise aux racines du beau et du bien, on l’accepte avec joie.

Genève. PTR – L’Usine, place des Volontaires 4. Ma 14 octobre à 20h. (Loc. www.petzi.ch).

Publicité