On a tous vu un extrait des 8 minutes et 46 secondes du calvaire de George Floyd, le cou coincé sous le genou d’un policier, dans ce qui s’avérera une mise à mort déclenchant le plus important mouvement antiraciste depuis les années 1960. Mais qui a prêté attention au discours antiraciste de 10 minutes de Mark Milley, le chef d’état-major des Etats-Unis? C’était jeudi dernier, à l’occasion d’une remise de diplômes d’une faculté militaire. Ces deux séquences entrent en résonance dans une dramaturgie que seuls les Etats-Unis peuvent offrir.

Lire aussi: Donald Trump, l’ennemi public numéro 1