L’Internet à haut débit est immoral et contraire à l’éthique: les récents propos du grand ayatollah Makarem Shirazi ont suscité consternation et ricanements en Iran, où la Toile est l’objet de combats politiques incessants. Les modernistes, comme est généralement considéré le président Rouhani, réclament de meilleurs réseaux pour que le pays tienne son rang en matière scientifique et universitaire; les traditionalistes voient avec inquiétude les jeunes générations adopter des modes de vie et de consommation très inspirés de l’occident, véhiculés par Internet, dont ils demandent logiquement la restriction, par la censure, et par la technique. Il faut avoir certains jours patienté pendant 10 bonnes minutes avant de pouvoir ouvrir un simple mail avec une photo pour comprendre la souffrance des internautes iraniens.

Malheur: cette expérience très désagréable pourrait être bientôt partagée hors d’Iran jusqu’au sein des seins des puissances de l’Internet, aux Etats-Unis, où le débat sur la vitesse du réseau existe aussi - même si ses termes sont différents... La Commission fédérale des communications (présidée par un ancien patron du câble, Tom Wheeler , grand contributeur des démocrates) a en effet mis en consultation publique en avril de nouvelles règles qui aboutiraient à un ralentissement du débit pour certains utilisateurs. La consultation sera close le 15 septembre. Le bureau de la FCC, composé de cinq personnes (deux démocrates, deux républicains en plus de Tom Wheeler) devra ensuite se prononcer d’ici la fin de l’année. La consultation étant publique, le site de la FCC publie les réactions - outrées! - des internautes américains (voir ici une compilation).

Si la réglementation proposée est adoptée, c’en est fini de la neutralité du Net, ce principe d’un accès égal à la Toile pour tous ses utilisateurs. Les fournisseurs d’accès comme les compagnies de téléphone Comcast, Verizon ou AT&T pourront traiter directement avec des compagnies comme Skype ou Netflix en leur vendant un service plus rapide, une bande passante plus performante – ce qui est vital pour des flux à contenu lourd comme Netflix. Ceux qui ne paieraient pas devraient se contenter d’un Internet ralenti. Et pas besoin de vous faire un dessin: s’il faut attendre plusieurs secondes pour ouvrir une page, on ne l’ouvre pas. Tollé, donc. Même Google et Facebook ont écrit leur inquiétude, avant l’été. La neutralité du Net était l’un des sujets de prédilection d’Aaron Swartz, ce jeune Américain admis à 16 ans seulement à Stanford, développeur, hacktiviste et cybermilitant, poursuivi pour piratage informatique et entré dans la légende après son suicide. De nombreux groupes de cybercitoyens ont pris le relais, et dans leur sillage, des dizaines d’entreprises du web comme Wordpress, Reddit, Vimeo, Kickstarter ou Bittorrent ont décidé de frapper un grand coup mercredi prochain. Le 10 septembre, c’est la journée du ralentissement de l’Internet.
Mais pas de panique: c’est pour rire. Des bandeaux, des «widgets» accompagnés de la redoutable icône de chargement (ah, cette petite roue toujours en train de tourner…) orneront vos sites préférés – mais ceux-ci ne seront pas réellement ralentis, il s’agit juste de faire prendre conscience aux internautes de la situation, et de la nécessité d’agir. «Battez-vous pour l’Avenir» explique la campagne. Plusieurs groupes de militants du Net se sont unis pour l’occasion. Et les citoyens sont encouragés à écrire à la FCC et à leurs députés pour faire pression, même si le sujet échappe au Congrès.

Quel succès aura l’opération? Les net-militants espèrent bien sûr un maximum de «clics», pour faire entendre leur voix. Le monde entier devrait regarder observer, et participer. Qui l’emportera? Le jeu est ouvert: plus d’un million de personnes ont envoyé plus de 4 millions de commentaires à ce jour à la FCC…

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.