Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une des jeunes femmes utilisées pour la fausse campagne féministe en Allemagne.
© Capture d'écran Youtube

Sur les réseaux

#120db, le #MeToo raciste de l’ultra-droite allemande

Outre-Rhin, un nouveau mouvement prétend dénoncer les violences faites aux femmes alors qu’en réalité il se positionne contre l’immigration. Cette récupération suscite le malaise

Les alarmes de poche ont une puissance de 120 décibels – et c’est pour cette raison qu’un nouveau mouvement de femmes en Allemagne a choisi de se placer sous la bannière du mot-dièse #120db, le niveau sonore de ces alarmes qu’on peut acheter pour se défendre. Ce groupe a monté un site internet qui incite les femmes à partager leurs témoignages de violences subies, pour alerter l’opinion. Un nouveau groupe féministe allemand, dans la foulée de #MeToo? Pas tout à fait. #120db dénonce exclusivement la violence provenant des migrants, et c’est une création de l’extrême droite germanophone.

Tout a commencé avec une courte vidéo qui a circulé beaucoup notamment sur Twitter et YouTube, depuis le 1er février. «Les Femmes se défendent» égrène les noms des victimes de meurtre ou de viol commis par des étrangers, dont ceux de trois femmes tuées en Allemagne et en Suède lors de crimes qui ont été fortement médiatisés. Plus de 60 000 vues en cinq jours, et 800 commentaires. Dans le film, neuf jeunes femmes accusent les pouvoirs publics de ne rien faire pour les protéger: «Nous ne sommes pas en sécurité quand nous allons courir, quand nous sortons, quand nous revenons tard. Vous le savez, vous avez ouvert les frontières et nous en sommes le prix. Mais nous ne sommes pas des esclaves, pas des trophées de guerre.» Gros plans sur des visages graves, petite musique de fond stressante, au piano. Du travail de pro.

«On devrait diffuser ce film pendant le Super Bowl», s’est extasiée la commentatrice ultra-conservatrice américaine Ann Coulter.

Une autre star de la droite dure américaine, Glenn Beck, appelle aussi à soutenir les femmes d’Europe «violées, mutilées, tuées, transformées en esclaves par des hommes qui pensent que Dieu leur donne le droit d’être des monstres». Gros succès sur Twitter.

Des outrances racistes pourtant évidentes, mais qui ne semblent pas gêner tous les internautes. «Enfin les femmes s’attaquent à la cause de la hausse des violences contre les femmes, sans s’attaquer à tous les hommes», soupire un usager. «Enfin, des féministes qui donnent sa vraie valeur à #metoo!», renchérit un autre. Mais les jeunes femmes de la vidéo sont loin d’être de simples citoyennes qui prennent la parole. Les décodeurs du CheckNews de Libération les ont identifiées: au moins trois d’entre elles font partie du mouvement Génération identitaire Autriche. Pour le Faktenfinder de la chaîne de TV allemande ARD, #120db est le «MeToo de droite». Il est d’ailleurs enregistré au nom de Martin Sellner, un des fondateurs du mouvement identitaire viennois, indique le site Whois. Quand le féminisme est récupéré par l’extrême droite…

Ultra-conservateurs au rendez-vous

Cette parenté politique est confirmée par le site de traçage Keyhole, qui permet de géolocaliser et de dater l’utilisation de hashtags sur Twitter. Plus de trois millions d’abonnés ont vu passer #120db sur leur fil entre le 1er et le 5 février, et la plupart des comptes qui ont utilisé le hashtag montrent des biais politiques et idéologiques sans équivoque: un profil patriotique, nationaliste ou identitaire fort, comme en France Breizhinfo, en Grande-Bretagne The Proud European, Free SpeechGB, The FederalistClub, et même aux Etats-Unis celui de l’ultra-conservateur Breitbart. Ont célébré aussi ce #120db les médias russes Spoutnik et Russia Today. En Suisse, ce sont LesObservateurs.ch qui soutiennent ce «mouvement des filles d’Europe». «La situation actuelle me désole! La principale RESPONSABLE est une FEMME (Mme Merkel)», se désole un de ses lecteurs.

«L’idée est de créer une atmosphère de sentiments anti-immigrés», analyse ARD, qui note combien les identitaires maîtrisent l’art de provoquer l’inquiétude. Ce lundi après-midi, des comptes américains commençaient à soupçonner une manipulation politicienne et le dévoiement de la cause des femmes.

Plusieurs comptes ont signalé à YouTube et Facebook la vidéo comme incitant à la violence. Elle a, semble-t-il, été supprimée d’un certain nombre de comptes.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)